Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.


du rêveur. Qui sait si un jour un instrument plus parfait ne découvrira pas ce qui se passe dans l’air, comme on voit maintenant ce qui se passe dans l’eau ?


V.


L’ame de feu Bressier, fatiguée de la lutte qu’elle venait de subir pour se débarrasser du corps qui se cramponnait à elle, alla s’abattre sur le toit de chaume de la ferme où la veille Arnold était allé chercher des œufs.

C’était une de ces belles matinées du mois de mai, une de ces fêtes splendides que la terre donne à l’homme, son hôte ingrat.

Le toit de la chaumière était presque entièrement revêtu d’une mousse fine et soyeuse comme le plus fin velours vert. Sur la crête, entre les feuilles aiguës et les larges fleurs violettes des iris, s’élevait doucement de l’âtre une légère fumée bleuâtre, qu’un rayon oblique du soleil qui se levait à l’horizon rendait rose à une certaine hauteur.

Partout aux environs, tout fleurissait ; les fraisiers au pied de la haie d’épine blanche ; les papillons aussi semblaient fleurir dans l’air et choisir, fleurs vivantes, une tige vacante parmi toutes les fleurs qu’ils visitaient en voltigeant. Les insectes cherchaient chacun, sur cette table opulente et toujours mise que la terre offre à toutes les créatures, la plante qui lui est destinée.

L’air, silencieux pendant l’hiver, se remplissait de chants d’oiseaux et de bourdonnemens d’abeilles. Partout, sur l’herbe, dans les arbres, dans l’eau, sous la mousse, dans la corolle éclatante des fleurs, tout est plein de nouvelles amours, tout aime comme tout fleurit.

C’est alors qu’on pouvait voir quelles étaient les occupations des ames qui attendaient l’occasion de naître.

L’une ouvre les bourgeons où sont enfermées toutes plissées les feuilles des arbres tardifs.

Une autre, cachée dans un prunellier en fleurs, arrache aux moutons qui passent trop près du buisson un peu de laine, que ne tardent pas à venir chercher les oiseaux qui pensent à faire leur nid.

Celle-ci s’amuse la nuit, quand on ne dort pas et qu’on attend avec impatience que l’heure sonne à l’église voisine pour savoir si le jour va bientôt paraître, celle-ci s’amuse à ne faire sonner que des demi-heures, qui ne vous apprennent rien.

Celle-là, quand un enfant étourdi laisse tomber sa tartine, prend un soin malicieux de la faire toujours tomber du côté des confitures.