Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 23.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
52
REVUE DES DEUX MONDES.

déjà mariée. Allons, tu me diras qui te fait la cour. D’ailleurs j’entendrai bien les sérénades. Il faut qu’elles soient belles pour plaire à une grande voceratrice comme toi.

— Qui voudrait d’une pauvre orpheline ?… Et puis l’homme qui me fera quitter mes habits de deuil fera prendre le deuil aux femmes de là-bas.

— Cela devient de la folie, se dit Orso. Mais il ne répondit rien, pour éviter toute discussion.

— Mon frère, dit Colomba d’un ton de câlinerie, j’ai aussi quelque chose à vous offrir. Les habits que vous avez là sont trop beaux pour ce pays-ci. Votre jolie redingote serait en pièces au bout de deux jours, si vous la portiez dans le maquis. Il faut la garder pour quand viendra miss Nevil. — Puis, ouvrant une armoire, elle en tira un costume complet de chasseur. — Je vous ai fait une veste en velours, et voici un bonnet comme en portent nos élégans ; je l’ai brodé pour vous il y a bien long-temps. Voulez-vous essayer cela ?

Et elle lui faisait endosser une large veste de velours vert ayant dans le dos une énorme poche. Elle lui mettait sur la tête un bonnet pointu de velours noir brodé en jais et en soie de la même couleur, et terminé par une espèce de houppe.

— Voici la cartouchère[1] de notre père, dit-elle ; son stylet est dans la poche de votre veste. Je vais vous chercher le pistolet.

— J’ai l’air d’un vrai brigand de l’Ambigu-Comique, disait Orso en se regardant dans un petit miroir que lui présentait Saveria.

— C’est que vous avez tout-à-fait bonne façon comme cela, Ors’ Anton’, disait la vieille servante, et le plus beau pointu[2] de Bocognano ou de Bastelica n’est pas plus brave !

Orso déjeuna dans son nouveau costume, et pendant le repas il dit à sa sœur que sa malle contenait un certain nombre de livres ; que son intention était d’en faire venir de France et d’Italie, et de la faire travailler beaucoup. — Car il est honteux, Colomba, ajouta-t-il, qu’une grande fille comme toi ne sache pas encore des choses que, sur le continent, les enfans apprennent en sortant de nourrice.

— Vous avez raison, mon frère, disait Colomba ; je sais bien ce qui me manque, et je ne demande pas mieux que d’étudier, surtout si vous voulez bien me donner des leçons.

Quelques jours se passèrent sans que Colomba prononçât le nom

  1. Carchera, ceinture où l’on met des cartouches. On y attache un pistolet à gauche.
  2. Pinsuto. On appelle ainsi ceux qui portent encore le bonnet pointu, barreta pinsuta.