Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 23.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
REVUE DES DEUX MONDES.

Pietranera, lorsqu’à l’entrée d’une gorge qu’il fallait traverser, ils découvrirent sept à huit hommes armés de fusils, les uns assis sur des pierres, les autres couchés sur l’herbe, quelques-uns debout et semblant faire le guet. Leurs chevaux paissaient à peu de distance. Colomba les examina un instant avec une lunette d’approche, qu’elle tira des grandes poches de cuir que tous les Corses portent en voyage.

— Ce sont nos gens, s’écria-t-elle d’un air joyeux. Pieruccio a bien fait sa commission.

— Quelles gens ? demanda Orso.

— Nos bergers, répondit-elle. Avant-hier soir, j’ai fait partir Pieruccio, afin qu’il réunît ces braves gens pour vous accompagner à votre maison. Il ne convient pas que vous entriez à Pietranera sans escorte, et vous devez savoir d’ailleurs que les Barricini sont capables de tout.

— Colomba, dit Orso d’un ton sévère, je t’avais priée bien des fois de ne plus me parler des Barricini et de tes soupçons sans fondement. Je ne me donnerai certainement pas le ridicule de rentrer chez moi avec cette troupe de fainéans, et je suis très mécontent que tu les aies rassemblés sans m’en prévenir.

— Mon frère, vous avez oublié votre pays. C’est à moi qu’il appartient de vous garder lorsque votre imprudence vous expose. J’ai dû faire ce que j’ai fait.

En ce moment, les bergers les ayant aperçus, coururent à leurs chevaux et descendirent au galop à leur rencontre.

— Evviva Ors’Anton’! s’écria un vieillard robuste à barbe blanche, couvert, malgré la chaleur, d’une casaque à capuchon de drap corse, plus épais que la toison de ses chèvres. C’est le vrai portrait de son père ; seulement plus grand et plus fort. Quel beau fusil ! On en parlera de ce fusil, Ors’Anton’.

— Evviva Ors’Anton’! répétèrent en chœur tous les bergers. Nous savions bien qu’il reviendrait à la fin !

— Ah ! Ors’Anton’, disait un grand gaillard au teint couleur de brique, que votre père aurait de joie s’il était ici pour vous recevoir ! Le cher homme ! vous le verriez s’il avait voulu me croire, s’il m’avait laissé faire l’affaire de Giudice… Le brave homme ! il ne m’a pas cru ; il sait bien maintenant que j’avais raison.,

— Bon ! reprit le vieillard, Giudice ne perdra rien pour attendre.

— Evviva Ors’Anton’! Et une douzaine de coups de fusil accompagnèrent cette acclamation.

Orso, de très mauvaise humeur au centre de ce groupe d’hommes