Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/590

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le jour où la troupe italienne sera installée dans une salle convenable et où la subvention pourra obvier aux dépenses de première, nécessité, l’art lyrique marchera, comme il faisait naguère, dans un progrès brillant, et, arrivera peut-être à se passer des secours de la subvention. C’est du moins une épreuve qu’il serait impardonnable de ne pas tenter, et l’abandon des moyens de civilisation les plus nobles et les plus exquis est le signe le plus effrayant de la décadence d’une société. D’ailleurs il serait faux de dire que la salle des Italiens est accaparée par ce qu’on appelle le grand monde. Dans la vaste enceinte d’un théâtre il y a place pour les fortunes moyennes, place aussi pour les fortunes étroites, place enfin pour ceux qui n’ont pas de fortune. Le parterre des Italiens a toujours été composé de pauvres artistes et de jeunes gens passionnés pour la musique plus que pour toutes les autres satisfactions de la vie. Nous sommes quelques-uns qui nous souvenons bien d’avoir retranché souvent la bagatelle d’un dîner pour aller entendre la Malibran ou la Pasta, et qui disions bien gaîment à minuit en retrouvant dans la mansarde un morceau, de pain dédaigné la veille : Panem et circenses. Nous savons bien, nous autres, que si nous avons eu dans notre vie un élan poétique, un sentiment généreux, c’est parce qu’on ne nous a fermé ni l’église, ni le théâtre, c’est parce qu’on ne nous a pas interdit la poésie comme un luxe dangereux ou frivole, c’est parce que qui dit Français dit sobre comme Épictète et idéaliste comme Platon.

Trouvez donc simple que le grand monde (qui ne sera ni plus ni moins porté à l’économie et à la charité si vous lui ôtez ses plaisirs honnêtes) alimente la splendeur d’une école d’art où le pauvre artiste peut aller rêver et concevoir son idéal. Et croyez aussi que ces classes riches à qui vous réclamez, et de qui vous obtiendrez, peut-être plus tôt qu’on ne pense, une libre et loyale adhésion à de meilleures applications de la loi d’égalité, ont besoin comme vous d’une vie intellectuelle plus élevée que celle qu’elles puiseraient à de méchantes écoles et à de fausses théories dans les arts comme dans toute autre source d’éducation.

Maintenant que j’ai dit, un peu plus longuement que je ne l’avais prévu, la haute importance du Théâtre-Italien, je vous rappellerai une des grandes pertes que vous allez faire si vous laissez périr ce théâtre. La France entière sait aujourd’hui combien serait cruel et irréparable le départ définitif de Lablache et de Rubini ; mais la gloire de Pauline Garcia est encore assez fraîche pour que la province, qui n’a pas eu le temps, dans l’espace d’une saison, de venir la juger, se croie dispensée de regretter la grande artiste qu’elle ne connaît pas encore. Il ne faut pas craindre de revenir sur les éloges pleins de justesse et d’intelligence qui lui ont été donnés déjà dans cette Revue. Ceci, d’ailleurs, doit intéresser sous un autre rapport. L’apparition de Mlle Garcia sera un fait éclatant dans l’histoire de l’art traité par les femmes. Le génie de cette musicienne à la fois consommée et inspirée constate un progrès d’intelligence qui ne s’était point encore manifesté dans le sexe féminin d’une manière aussi concluante. Jusqu’ici on avait dû accorder aux cantatrices une part de puissance égale à celle des plus grands chanteurs.