Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/570

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des marchés de Simlah, Sabattou, etc, Loudiana, position civile et militaire importante, située, comme nous l’avons vu, sur le Sutledje, à peu de distance de Firozepour, se fournira aussi de préférence à cet entrepôt. C’est une chose digne de remarque, pour le dire en passant, que le point de départ de l’armée qui a soumis l’Afghanistan à l’influence de la civilisation européenne, soit destiné à devenir l’un des centres principaux du commerce qui va refleurir sous la protection de la domination anglaise.

Sur la rive droite du Sutledje, vis-à-vis de Firozepour, des routes directes conduisent à Amritsir et à Lahore, les deux principales villes des domaines de Rundjit-Singh. La distance est courte et la route facile, et il est probable qu’on pourrait se rendre à Lahore plus commodément par cette voie que par la rivière Râvy (quoique celle-ci passe à Lahore même), parce que le cours du Sutledje est infiniment moins tortueux que celui du Râvy. A sept milles de la rivière, sur la route de Lahore, se trouve une ville nommée Kassour, où il se fait beaucoup d’affaires, et où des articles de sellerie, de quincaillerie, sur les modèles sikhs, et des cuirs de couleur, rouges, verts et jaunes, trouveraient un débit avantageux. Rassour était autrefois une ville fort considérable. Des articles de fantaisie, des soies, des satins, des kimkhabs (brocarts) et de la bijouterie, en particulier les perles et les émeraudes, vraies ou fausses, seraient fort recherchés dans les villes sikhs, les chefs sikhs et les gens aisés aimant à s’habiller richement. Des outils de charpentier, du fer en barres, se vendraient aussi avec profit.

En descendant le Râvy, le marché de Moultân appelle l’attention des spéculateurs. Le gouverneur actuel de Moultân est un administrateur éclairé qui protège le commerce. Moultân fabrique de très beaux et bons tapis. Bahawalpour, près du Sutledje, à 377 milles de Firozepour et environ 70 milles de Moultân, se présente ensuite. C’est une ville peuplée de 20,000 habitans parmi lesquels on compte un assez grand nombre d’Hindous ; tout le commerce de détail est entre leurs mains. De Bahawalpour, il s’établira probablement des relations avantageuses avec la province anglaise d’Harriana et les provinces voisines, ainsi qu’avec les marchés importans de Bhawani et de Palli dans le Radjpoutana. On trouve encore, de Bahawalpour à Bâkker, plusieurs points situés dans un pays fertile, bien cultivé, et dont les productions offriront très probablement d’utiles échanges ; mais Bâkker (144 milles de Bahawalpour) est, nous le répétons, le point le plus important de tous. C’est celui qui commande le commerce de