Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/500

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du berger-poète, endormi sur les bords buissonneux de l’Yarrow.

« — Deux années n’ont pas accompli leur tour depuis que la merveilleuse intelligence de Coleridge s’est glacée avec toutes les facultés de ce puissant esprit.

« — Il dort dans la terre, l’homme à l’œil lumineux, au front divin, à l’ame inspirée. Il sommeille aussi, Lamb ; il a quitté son foyer solitaire, le doux et facétieux ami.

« — Comme ils se sont suivis tous, le frère après le frère, quittant la terre du soleil pour cette autre terre sans soleil ! rapides comme les nuages qui balaient le sommet des monts, comme les flots que nulle main ne saurait dompter !

« — Et moi je reste, moi qui m’éveillai avant eux dans mon berceau d’enfant. Je reste pour entendre cette voix qui murmure et me demande : « Le premier qui va tomber et disparaître, quel sera-t-il ? »

« — Notre vie hautaine se couronne de ténèbres, comme Londres se couronne de ses vapeurs noires ; dôme sombre que je contemplai de loin avec vous, ô Crabbe ! quand nous nous arrêtâmes ensemble sur la bruyère d’Hampstead, sous la brise fraîche qui soufflait alors.

«  - C’était hier seulement, ô mon ami ! et vous êtes parti déjà ; vous m’avez précédé. Fragiles survivans, est-ce à nous de pleurer sur les épis mûrs que le moissonneur recueille ?

« — On peut pleurer, mais sur cette femme poète (mistriss Hemans), qui s’en est allée avant le temps, esprit sacré, ame pure, limpide comme l’éther du printemps, profonde comme la mer ; pour celle qui, avant l’automne, est tombée [1] ! »

Étrange spectacle, assister ainsi à la chute du jour intellectuel, à cette demi-obscurité qui couvre tous les objets, à cet affaiblissement de toutes les couleurs, à ce grand déploiement du voile qui

  1. When first descending front the Moorlands,
    I saw the stream of Yarrow glide
    Along a bare and open valley,
    The Ettrick Shepherd was my guide.
    When last along its banks I wandered
    Through groves that had begun to shed
    Their golden leaves upon the pathways
    My steps the border Minstrel led.
    Etc., etc., etc.