Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/48

Cette page n’a pas encore été corrigée
44
REVUE DES DEUX MONDES.

dulité, et qui voulait en faire un marchepied pour s’élever jusqu’à Laurence !


V.

La première personne qui s’aperçut de l’amour insensé de Pauline, fut Mme S…. Elle avait pressenti et deviné, avec l’instinct du génie maternel, le projet et la tactique de Montgenays. Elle n’avait jamais été dupe de son indifférence simulée, et s’était toujours tenue en méfiance de lui, ce qui faisait dire à Montgenays que Mme S… était, comme toutes les mères d’artistes, une femme bornée, maussade, fâcheuse au développement de sa fille. Lorsqu’il fit la cour à Pauline, Mme S…, emportée par sa sollicitude, craignit que cette ruse n’eût une sorte de succès, et que Laurence ne se sentît piquée d’avoir passé inaperçue devant les yeux d’un homme à la mode. Elle n’eût pas dû croire Laurence accessible à ce petit sentiment ; mais Mme S…, au milieu de sa sagesse vraiment supérieure, avait de ces enfantillages de mère qui s’effraie hors de raison au moindre danger. Elle craignit le moment où Laurence ouvrirait les yeux sur l’intrigue entamée par Montgenays, et, au lieu d’appeler sa raison et sa tendresse au secours de Pauline, elle essaya seule de détromper celle-ci et de l’éclairer sur son imprudence.

Mais, quoiqu’elle y mît de l’affection et de la délicatesse, elle fut fort mal accueillie. Pauline était enivrée ; on lui eût arraché la vie plutôt que la présomption d’être adorée. La manière un peu aigre dont elle repoussa les avertissemens de Mme S… donnèrent un peu d’amertume à celle-ci. Il y eut quelques paroles échangées où perçait d’une part le sentiment de l’infériorité de Pauline, de l’autre l’orgueil du triomphe remporté sur Laurence. Effrayée de ce qui lui était échappé, Pauline le confia à Montgenays, qui, plein de joie, s’imagina que Mme S… avait été en ceci la confidente et l’écho du dépit de sa fille. Il crut toucher à son but, et, comme un joueur qui double son enjeu, il redoubla d’attentions et d’assiduités auprès de Pauline. Déjà il avait osé lui faire ce lâche mensonge d’un amour qu’il n’éprouvait pas. Elle avait feint de n’y pas croire, mais elle n’y croyait que trop, l’infortunée ! Quoiqu’elle fût se défendue avec courage, Montgenays n’en était pas moins sûr d’avoir bouleversé profondément tout son être moral. Il dédaignait le reste de sa victoire, et attendait, pour la remporter ou l’abandonner, que Laurence se prononçât pour ou contre.