Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/385

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étaient vaincus. La révolution qui, selon M. Droz, aurait pu être mesurée, prudente, allait bientôt, furibonde, échevelée, franchir toutes les bornes. « L’assemblée, dit M. Droz, en rejetant le premier projet de constitution, fit voir aux esprits éclairés qu’on ne pouvait plus opposer une digue au torrent. »

Au surplus, M. Droz n’a pas seulement retracé l’histoire de la première période de la révolution, mais l’histoire du règne de Louis XVI jusqu’au mois d’octobre 1789, en la faisant précéder d’une introduction de plus de cent pages qui remonte à Louis XIV et qui est digne d’être proposée comme modèle, tant elle est substantielle, lucide, instructive, également éloignée de la pauvreté et de l’exubérance, de la pompe prétentieuse de l’histoire soi-disant philosophique et de la sécheresse des compilateurs.

Peut-être, dit M. Droz, donnerai-je plus tard une suite à cet ouvrage. » Nous sommes convaincu qu’il n’est pas une personne ayant lu l’Histoire de Louis XVI, qui ne se réunisse à nous pour demander à M. Droz l’accomplissement de cette quasi-promesse.


ROSSI.