Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vient en date au premier rang après Pascal, et comme en plein Pascal [1], qu’il devance même en tant que pur moraliste. Il a cette netteté et cette concision de tour que Pascal seul, dans ce siècle, a eues avant lui, que La Bruyère ressaisira, que Nicole n’avait pas su garder, et qui sera le cachet propre du XVIIIe siècle, le triomphe perpétuellement aisé de Voltaire.

Si les Maximes peuvent sembler, à leur naissance, n’avoir été qu’un délassement, un jeu de société, une sorte de gageure de gens d’esprit qui jouaient aux proverbes, combien elles s’en détachent par le résultat, et prennent un caractère au-dessus de la circonstance ! Saint-Évremond, Bussy, qu’on a comparés à La Rochefoucauld pour l’esprit, la bravoure et les disgraces, sont aussi des écrivains de qualité et de société ; ils ont de l’agrément parfois, mais je ne sais quoi de corrompu ; ils sentent leur régence. Le moraliste, chez La Rochefoucauld, est sévère, grand, simple, concis ; il atteint au beau il appartient au pur Louis XIV.

On ne peut assez louer La Rochefoucauld d’une chose, c’est qu’en disant beaucoup il n’exprime pas trop. Sa manière, sa forme est toujours honorable pour l’homme, quand le fond l’est si peu.

En correction il est de l’école de Boileau, et bien avant l’Art Poétique. Quelques-unes de ses maximes ont été refaites plus de trente fois, jusqu’à ce qu’il fût arrivé à l’expression nécessaire. Avec cela il n’y paraît aucun tourment. Ce petit volume original, dans sa primitive ordonnance qui s’est plus tard rompue, offrant ses trois cent quinze pensées si brèves, encadrées entre les considérations générales sur l’amour-propre au début et les réflexions sur le mépris de la mort à la fin, me figure encore mieux que les éditions suivantes un tout harmonieux, où chaque détail espacé arrête le regard. Le parfait moderne du genre est là : c’est L’aphorisme aiguisé et poli. Si Racine se peut admirer après Sophocle, on peut lire La Rochefoucauld après Job, Salomon, Hippocrate et Marc-Aurèle.

Tant d’esprits profonds, solides ou délicats, en ont parlé tour à tour, que c’est presque une témérité d’y vouloir ajouter. J’indiquerai parmi ceux dont j’ai sous la main les notices particulières, Suard, Petitot, M. Vinet, tout récemment M. Géruzès. A peine s’il y a à glaner encore.

  1. Celui-ci était mort dès 1662 ; mais la prise en ordre et la publication de ses Pensées furent retardées par suite des querelles jansénistes jusqu’à l’époque dite de la paix de l’église (1669). Il résulte de ce retard que La Rochefoucauld ne put rien lui emprunter ; tous deux restent parfaitement originaux et collatéraux.