Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/133

Cette page n’a pas encore été corrigée
129
SILVIA.

Et l’hiver qui s’en vient, rallumant le foyer,
À fait rêver la châtelaine.
Un roman, dites-vous, pourrait vous égayer ;
Triste chose à vous envoyer !
Que ne demandez-vous un conte à La Fontaine ?
C’est avec celui-là qu’il est bon de veiller ;
Ouvrez-le sur votre oreiller,
Vous verrez se lever l’aurore.
Molière l’a prédit, et, j’en suis convaincu.
Bien des choses auront vécu
Quand nos enfans liront encore
Ce que le bonhomme a conté,
Fleur de sagesse et de gaieté.
Mais quoi ! la mode vient, et tue un vieil usage.
On n’en veut plus, du sobre et franc langage
Dont il enseignait la douceur,
Le seul français, et qui vienne du cœur ;
Car, n’en déplaise à l’Italie,
La Fontaine, sachez-le bien,
En prenant tout, n’imita rien ;
Il est sorti du sol de la patrie,
Le vert laurier qui couvre son tombeau ;
Comme l’antique, il est nouveau.
Ma protectrice bien-aimée,
Quand votre lettre parfumée
Est arrivée à votre enfant gâté,
Je venais de causer en toute liberté
Avec le grand ami, Shakspeare.
Du sujet, cependant,
Boccace était l’auteur ;
Car il féconde tout, ce charmant inventeur ;
Même après l’autre, il fallait le relire.
J’étais donc seul, ses Nouvelles en main,
Et de la nuit la lueur azurée.
Se jouant avec le matin,
Étincelait sur la tranche dorée
Du petit livre florentin ;
Et je songeais, quoi qu’on dise ou qu’on fasse,
Combien c’est vrai que les Muses sont sœurs ;
Qu’il eut raison, ce pinceau plein de grâce,
Qui nous les montre au sommet du Parnasse,