Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/689

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


religieux a trop de force encore dans le peuple ; cette hostilité ouverte entrave toutes les transactions. D’ailleurs, les nouveaux venus ont à lutter avec un fisc insatiable, avec les juifs, profondément versés dans la connaissance du pays et du caractère national, et passés maîtres en fait de roueries mercantiles. Plusieurs maisons génoises avaient réussi, il est vrai, à combiner d’assez belles opérations ; mais il en est peu qui n’aient été forcées à la longue de lever leur tente et de se transporter ailleurs. Les contrats commerciaux se font par-devant les adoul.

Il est à jamais déplorable que ces riches contrées soient abandonnées à une avarice inepte qui veut toujours recueillir sans permettre jamais que l’on sème. En d’autres mains, ce pays deviendrait l’un des plus florissans du monde, comme il en est l’un des plus fertiles. Nul n’a été plus libéralement doté par la nature. Mais au lieu d’enrichir les peuples, les largesses de Dieu ne font que les appauvrir, quand l’homme s’endort au bord du sillon que sa paresse se refuse à creuser. Le triste et dur labeur est la loi du monde, c’est l’inflexible condition de toute vie ; l’oisiveté produit le sommeil, et le sommeil c’est la mort. La nature la plus généreuse ne donne jamais tout, et plus elle donne, plus elle veut être aidée, sous peine de convertir ses bienfaits en fléaux.

Une tour de garde s’élève à quelque distance de la douane. C’est un donjon carré et massif, fort pittoresque dans son isolement. Il commande au loin les flots, mais la bouche béante de son canon rouillé est peu redoutable. Le donjon n’a pas de porte ; on y monte par une échelle de corde. Comme je me disposais à en faire l’ascension, afin de mieux jouir du paysage, le soldat de faction se précipita sur l’échelle et la retira à lui, en vociférant contre moi des malédictions effroyables. Sa forteresse était comme une mosquée ; l’accès en était interdit aux infidèles. La présence de mon janissaire ne ralentissait pas ce torrent impétueux. Lui-même fut assez tiède à la réplique, et je vis bien qu’il avait des ordres supérieurs pour ne pas livrer les secrets militaires de l’empire au mécréant suspect. Ne venais-je pas lever le plan des citadelles ?

Cette plage forme une courbe imposante que la vague festonnait d’un ruban d’écume. Au nord se dresse dans la nue l’abrupte montagne des Singes, qui domine Ceuta, et plus loin le grand roc déchiré de Gibraltar. Au midi, la côte du Riff s’étend à perte de