Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/614

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seulement qu’à l’avenir on s’occupera des intérêts du peuple, qu’on l’hébergera plus chaudement, vêtira, prêchera, instruira, et nourrira de pommes de terre ? Mais nous voilà revenus aux fritures… Ma foi, monsieur, bien le bonjour ; si vous trouvez la clé de cette porte, soyez assez bon pour nous l’envoyer ; nous vous le rendrons en une barrique de notre vin de cette année. Mais jusque-là, nous vous l’avouons, nous nous renfermons dans ce dire : ou il s’agit de perfectionner les. choses, et c’est plus vieux que Barabas ; ou il s’agit de perfectionner les hommes, et les hommes, quelque manteau qu’ils portent, quelque ; rôle qu’ils jouent, risquent fort de vivre et de mourir hommes, c’est-à-dire singes, plus la parole, dont ils abusent.

Agréez, monsieur, etc.


DUPUIS et COTONET.

La Ferté-sous-Jouare, 25 novembre 1836.