Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/434

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entraînement vicieux, et qui se retirent dans une vie de méditation et de recherche, pour rêver le salut de l’humanité. Mais je crois qu’avec la moindre vertu mise en action, et soutenue par une certaine énergie, on en ferait plus qu’avec toute la sagesse des nations délayée dans des délibérations littéraires, et enfouie dans des conciliabules philantropiques. Cela me vient non à propos de l’éducation de mes enfans, mais à propos de celle du genre humain, sur laquelle Franz discourait, du haut de sa mule, en traversant les précipices de la Tête-Noire, a Enfantin, me disait-il, est un homme de talent et un homme de bien ; sont-ce les hommes qui lui ont manqué ? est-ce le système qui a manqué aux hommes ?

— Enfantin et le système ont péché tous deux, lui répondis-je, et les hommes n’ont pas manqué. Ma curiosité sympathique a pénétré assez avant dans la société saint-simonienne pour savoir qu’elle fut et qu’elle est encore composée d’ames d’élite, prêtes à recevoir la manne sacrée, et à conserver pure, sinon à répandre beaucoup, la bonne semence.

— De quoi accusez-vous Enfantin ? n’est-ce pas un digne homme ?

— Je l’accuse de n’être point un grand homme .

— Et le système, que lui reprochez-vous ?

— D’être un système et non un principe. Non-seulement un principe n’a pas besoin d’avoir un système à sa suite, il faut encore qu’il n’en ait pas, tant que ce principe n’est pas incarné dans un homme ou dans des hommes tout puissans. Remarquez bien qu’il ne s’agit pas ici de gouverner un état social, mais de le constituer. Nous n’avons pas à examiner ce que doivent être les pouvoirs établis et ceux qui les représentent ; nous songeons à fonder une société nouvelle. L’intelligence du siècle infiniment cultivée, admirablement exercée à la spéculation et au développement de la pensée sous toutes ses formes, a déjà produit, depuis dix ans, cent fois plus de formes sociales qu’il n’en faut pour rendre le genre humain heureux, excellent et sublime. Cependant nous ne voyons guère le bien que nous en avons ressenti, et il n’existe pas dix hommes en France qu’une conviction ait satisfaits et unis solidement. Le mal vient, à mes yeux, de ce que des hommes au-dessous de leur mission, ayant été acceptés pour représentans, ou tout au moins pour conservateurs du principe de