Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/340

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


frivole ne vienne pas en partage des récompenses qu’il paie de ses fatigues et de son sang.

Influence universelle. — Rome voulait mettre partout son joug ; la France plus humaine, doit vouloir partout répandre son nom. Il n’est pas un coin de l’univers où elle ne doive ambitionner d’être connue ; elle est appelée par la nature à communiquer avec le monde, car elle est assise sur deux mers ; elle est à la fois sur la route de l’Amérique et de l’Orient. Pour cette position, ses forces maritimes sont insuffisantes ; sans égaler exactement la puissance numérique des flottes de la Grande-Bretagne, nous devons progressivement mettre plus d’harmonie entre notre appareil et notre vocation maritime.

Depuis six ans, la France est descendue sur les côtes d’Afrique ; elle y a commencé la fondation d’une vaste colonie. Cette conquête doit lui assurer la prépondérance dans la Méditerranée, prépondérance utile à la marine renaissante de la Grèce et de Constantinople. Quant à l’Afrique elle-même, nous travaillons aujourd’hui à faire connaître aux Arabes la supériorité de nos armes et de notre civilisation. Ici la guerre est vraiment utile aux progrès du monde, et voici un point de jonction entre le mahométisme et le christianisme, qui doit être fécond.

Que le travail soit long, nul doute, mais depuis quand une ou deux générations suffisent-elles à une œuvre immense et durable ? Voici ce qu’écrit un officier français sur le théâtre même de nos rapports et de nos luttes avec l’Arabe. « Nous devons nous installer au milieu des Arabes, et comme souverains et comme colons ; mais notre souveraineté devra-t-elle s’exercer pour les mettre simplement sous la même dénomination, ou pour mieux dire, sous le même gouvernement que les Français, ou consacrera-t-elle à tout jamais la prééminence d’une race sur une autre ? Le dernier système fut celui des Arabes en Espagne et des Turcs en Grèce et partout ; de graves inconvéniens y sont attachés, car il n’y a guère que les Juifs qui ne se soient pas encore lassés d’être dans une position d’infériorité humiliante. Le premier fut celui des Francs dans les Gaules il donna naissance à la nation la plus compacte, la plus unie du globe, la nation française enfin. C’est le système de fusion, le seul rationnel, le seul qui offre des résultats durables, parce qu’il est le seul juste. Les conquérans qui le