Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


biographe et panégyriste, M. J.-H. Eaton, fut ministre de la guerre ; M. Van Buren, de New-York, était le seul homme capable de ce cabinet.

Après s’être ainsi entouré des siens, le général, passant en revue toutes les questions que l’on débattait dans l’Union, leur donna à toutes une solution plus ou moins bonne, plus ou moins malheureuse, et se mit résolument à l’appliquer. — On dissertait pour savoir si le gouvernement fédéral avait ou non le droit de s’immiscer dans les travaux publics ; il dit non ! et le congrès ayant, dans la première session de sa présidence, voté une souscription à l’entreprise d’une route de Maysville à Lexington (Kentucky), il opposa son vélo [1] au bill, et envoya au congrès un message qui fait époque ; la grande querelle de l’internal improvement fut vidée. — Depuis lors il est passé en principe que le gouvernement fédéral ne doit point intervenir dans la création des voies de communications, et l’article de la constitution qui lui donne le droit d’établir des routes (establish post-roads), reste non avenu. La seule exception à cette règle rigoureuse qui soit admise, c’est que les lignes navigables servant à atteindre les ports d’expédition maritime, peuvent être améliorées aux dépens du trésor fédéral, ce qui laisse encore une certaine latitude, car Pittsburg, qui est à huit cents lieues de l’embouchure du Mississipi, est considéré comme port de mer. — On se disputait au sujet des Indiens ; les uns voulaient qu’on les laissât sur les terres qu’ils occupaient, qu’on les y protégeât, qu’on les y civilisât ; d’autres soutenaient que les tribus indiennes devaient faire place aux blancs ; ils assuraient que l’intérêt des Peaux-Rouges eux-mêmes l’exigeait. « Les Indiens seront transportés à l’Ouest, dit le général. » La Cour Suprême des États-Unis étant intervenue pour défendre indirectement les Indiens des vexations dont quelques états du Sud, et entre autres la Géorgie, les accablaient pour les contraindre à émigrer, le Président se refusa à faire exécuter les arrêts de la cour. Il n’y eut plus pour les Indiens qu’une chance de salut, l’émigration. Encore une question tranchée ! -L’affaire du tarif des douanes agitait

  1. Le président a le droit de véto : il doit le signifier dans les dix jours, si le congrès est encore réuni. Si le bill ainsi renvoyé reçoit le vote des deux tiers de chaque chambre, il acquiert force de loi.