Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 6.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Pas le moins du monde. Dans un quart d’heure, si vous le voulez, nous serons à la porte de l’auberge.

— Chez Jean Terraz ?

— Et nous verrons le Mont-Blanc comme je vous vois.

— Dame ! ça se peut, dit Payot, je crois tout maintenant, j’en aï tant éprouvé de diverses.

— C’est décidé ?

— Ma foi, oui.

— Allons.

Nous remontâmes en fiacre. Le cocher s’arrêta à la porte du Diorama. Nous entrâmes.

— Où sommes-nous ? dit Payot.

— À la douane de la frontière, et je vais payer 2 fr. 50 pour chacun de nous. — Je lui remis sa carte d’entrée. — Voici votre feuille de route. — Nous fûmes bientôt dans une obscurité complète. — Vous reconnaissez-vous, Payot ?

— Non, ma foi.

— Nous sommes aux Échelles.

— À la grotte ?

— Vous voyez bien qu’il ne fait pas clair.

— Alors nous approchons, dit Payot.

— Oh ! mon Dieu, dans cinq minutes, et même plus tôt, tenez.

En effet, nous arrivions au moment même où la Forêt Noire disparaissait pour faire place à la vue du Mont-Blanc. Dans le coin du tableau qui commençait à paraître, on distinguait de la neige et des sapins. Je plaçai Payot de manière à ce que sa vue pût plonger dans l’ouverture à mesure qu’elle s’agrandissait. Il regarda un instant les yeux fixes, sans souffle, étendant les bras selon que le tableau magique se déroulait ; enfin il jeta un cri, et voulut s’élancer. Je le retins.

— Oh ! s’écria-t-il, laissez-moi aller, laissez-moi aller. Voilà le Mont-Blanc ; voilà le glacier de Taconnay ; voilà le village de la côte ; Chamouny est derrière nous !… — Il se retourna. — Laissez-moi aller embrasser ma femme et ma fille, je vous en prie, je reviendrai vous retrouver tout de suite.

Tous les spectateurs s’étaient retournés de notre côté, et je commençais à être assez embarrassé de ma contenance… Je pensai qu’il était temps de finir cette comédie, et comme Payot insistait