Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 6.djvu/645

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LA BELGIQUE,


SA REVOLUTION ET SA NATIONALITE




DERNIERE PARTIE




Une opinion universellement répandue en Europe nuira, plus que toute autre cause, à la consolidation de l’indépendance belge. On ne croit guère à une nationalité qui a protesté trois siècles contre chaque domination étrangère, sans avoir la force de s’élever d’une émeute à une révolution, et l’on semble envisager comme provisoire un établissement que les combinaisons de la politique générale briseraient sans scrupule comme sans résistance. Ainsi qu’au dernier siècle les îles à sucre et à girofle passaient de main en main, cédées, échangées ou vendues, selon le sort des combats ou les convenances financières, la Belgique parait destinée à voir son sort se régler sans elle par une bataille ou par un congrès.

Ce pays a beaucoup à faire pour se relever aux yeux du monde de sa longue déchéance intellectuelle et politique. Le pourra-t-il ? nous le croyons. Le voudra-t-il ? nous l’espérons ; car c’est toujours chose heureuse que de voir s’épanouir la nature, long-temps étiolée sous la politique ; et l’intérêt bien compris de la France, que nous ne sommes pas assez philosophe pour ne pas faire passer avant tous les autres, ne nous parait pas devoir contrarier ces vœux de durée et d’avenir. Que ce pays prenne foi et confiance, que son gouvernement sache tirer parti d’une