Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


détachement, tout le nonchaloir des loisirs. Des souvenirs bien assortis, des citations piquantes, ornaient le sérieux sans le rompre. Rencontrait-on en passant des roses odorantes, il lui échappait quelque distique de Martial sur les roses [1], et l’entretien reprenait, assez pareil, je me figure, si on avait su y donner la réplique, à ces belles formes de conversations morales, entremêlées aussi de vers, qu’affectionne Cicéron, pendant les intervalles du Forum, pendant les heures tristes de la patrie.

M. Villemain n’a pas fondé d’école à proprement parler. Ce mélange, cette construction élégante et savante d’idées, de faits nombreux, d’aperçus et de rapprochemens, n’avait d’unité qu’en lui, et s’est comme dispersée au moment où il s’est tu. Mais tous ceux qui en étaient dignes y ont participé par quelque endroit précieux, et quiconque l’a entendu est son élève. Parmi les hommes qui, presque contemporains de M. Villemain, semblent briller d’une nuance radoucie de son talent, je ne veux pourtant pas oublier ici un maître bien loué de ceux qui l’approchent, et qui soutient une partie du difficile héritage. M. Patin, qui analysait le cours de M. Villemain dans le Globe, qui débuta après lui par des couronnes académiques, a porté dans la poésie latine qu’il professe un sel délicat et rare, une urbanité élégante et simple, une aménité de parole où l’art disparaît, pour ainsi dire, dans une décence naturelle. On peut apprécier par lui certaines qualités fines de M. Villemain, qui se trouvent là comme séparées. Pour se dire combien M. Villemain tranche par sa critique avec la manière et le fond de ’l’école philosophique du XVIIIe siècle, qu’on essaie de comparer un moment M. Patin dans sa fleur de Grèce et de Fénelon, avec les procédés et les inspirations de Victorin Fabre, dernier élève sérieux de l’autre école.

Le discours que M. Villemain a mis en tête du Dictionnaire de

  1. C’était peut-être ce passage-ci : Ut rosa delectat,metitur, quoe pollice primo ; ou cet autre : Sutilibus sertis omne rubebat iter ; ou peut être enfin :
    Rara juvant ; raris sic major gratia pomis :
    Hibernae pretium sic meruere rosae.