Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/533

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vérité, avaient fait de Dante un grand politique ; le malheur, le dédain et la vengeance firent de lui un sublime poète. Privé de cette activité terrestre, dont elle avait besoin, son ame se jeta dans la contemplation des choses divines ; et tandis que son corps demeurait enchaîné sur la terre, son esprit visitait le triple royaume des morts, et peuplait l’enfer de ses haines, et le paradis de ses amours, La Divine Comédie est l’œuvre de la vengeance ; Dante taille sa plume avec son épée.

Le premier asile qui s’offrit au fugitif, fut le château du seigneur della Scala ; et dès le premier chant de son Enfer, le poète s’empresse d’acquitter la dette de sa reconnaissance [1], qu’il exprimera encore dans le XVIIIe chant du Paradis [2].

Il trouva la cour de cet Auguste du moyen-âge peuplée de proscrits. L’un d’eux, Sagacius Mucius Gazata, historien de Reggio, nous a laissé des détails précieux sur la manière dont le seigneur della Scala exerçait sa royale hospitalité envers ceux qui venaient demander un asile à son château féodal. « Ils avaient différens appartemens selon leurs diverses conditions, et à chacun le magnifique seigneur avait donné des valets et une table splendide. Les diverses chambres étaient indiquées par des devises et des symboles divers. La victoire pour les guerriers, l’espérance pour les proscrits, les Muses pour les poètes, Mercure pour les peintres, le paradis pour les gens d’église, et pendant les repas, des musiciens, des bouffons et des joueurs de gobelets parcouraient ces appartemens. Les salles étaient peintes par Giotto, et les sujets qu’il avait traités avaient rapport aux vicissitudes de la fortune humaine. De temps en temps le seigneur châtelain appelait à sa propre table quelques-uns de ses hôtes, surtout Guido de Castello de Reggio, qu’à cause de sa

  1. .xx.xx infin che’l veltro
    Verrà, che la farà morir di doglia,
    Questi non ciberà terra nè peltro ;
    Ma sapienza, e amore, e virtute,
    E sua nazion sarà tra feltro e feltro.
    E sua nazion sarà tra feltro e feInf. Cant. I°.

  2. Lo primo tuo rifugio e’l primo ostello
    Sarà la cortesia del gran Lombardo,
    Che ’n su la Scala porta il santo uccello.
    Che ’n su la Scala porta il santoParad. Cant. XVII.