Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/261

Cette page n’a pas encore été corrigée


SIMON

DEUXIEME PARTIE


Un matin, Fiamma, profitant d’un de ces rayons de soleil si précieux dans les montagnes en hiver, était montée à cheval avec son parent, et le hasard les avait conduits à la gorge aux Hérissons, non loin de l’endroit où l’aventure du milan était arrivée. Fiamma tomba dans la rêverie, et Ruggier Asolo, surpris de cette mélancolie subite, la pressa de questions. Elle voulut d’abord les éluder ; mais comme il insista et qu’elle avait de l’amitié pour lui, elle chercha quelque sujet de chagrin sans importance, qu’elle pût lui donner comme une confidence pour le satisfaire. Elle ne trouva rien de mieux à lui dire si ce n’est que l’aspect de ces montagnes lui rappelait sa patrie et la remplissait de tristesse.

— Juste ciel ! s’écria le marquis, et qui vous empêche d’y retourner ?


T03IE V. — 1" FÉVRIER 1836. 17