Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/259

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et les esprits polis, on ne saurait faire un meilleur choix que celui de M. Molé. — Si l’académie voulait un candidat littéraire, nul doute qu’elle ne choisit M. Victor Hugo.


La Confession d’un enfant du siècle, par M. Alfred de Musset, paraîtra le 25 janvier. Ce nouvel ouvrage du jeune poète, sous la forme animée d’un récit, promet de joindre des considérations graves et une sorte de maturité morale à l’éclat et à la verve bien connus de son talent.


— Le poème de Napoléon, par M. Edgar Quinet, paraîtra lundi prochain, chez Ambroise Dupont, rue Vivienne, 7.


— La première édition du dernier ouvrage de M. Alfred de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, s’est promptement épuisée, quoique tirée à grand nombre. La seconde édition est sous presse. L’auteur nous promet en même temps la seconde consultation du Docteur noir qu’il achève en ce moment.


— Des Mémoires d’un genre tout-à-fait nouveau vont paraître prochainement ; ce sont les Souvenirs de la comtesse Merlin, livre où des révélations pleines de charme et de grace sont recouvertes du vernis le plus élégant, où l’intérêt est rehaussé par l’exquise délicatesse du style.


— La troisième livraison de Richelieu, Mazarin, la Fronde et le Règne de Louis XIV, par M. Capefigue, paraîtra prochainement. Cette livraison contient les derniers temps de Richelieu, le procès de Montmorency, de Cinq-Mars, et l’histoire municipale de la fronde.


— Le premier volume complet de l’Histoire de la Marine française, par M. Eugène Sue, sera mis en vente le 22 janvier. Ce volume est orné de dix belles gravures sur acier, d’une carte, et de nombreux fac simile. Le succès de cet ouvrage est depuis long-temps assuré.


— On annonce pour les derniers jours de ce mois une vente qui ne peut manquer d’exciter au plus haut degré l’intérêt de tous les gens curieux de meubles gothiques, de verroteries vénitiennes, de faïences rares, et de toutes ces choses du moyen-âge qu’on recherche aujourd’hui avec tant d’avidité. Le cabinet dont il s’agit a été rassemblé à grands frais par M. le comte de Schomberg, homme de goût et de persévérance, comme le sont presque tous les antiquaires. Aussi c’est merveille