Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SHAKSPEARE

Nous arrivons à Shakespeare ! parlons-en tout à notre aise, comme dit Montesquieu d’Alexandre.

Je cite seulement ici pour mémoire Every man, joué sous Henri VIII, l’Aiguille de la mère Gurton, par Stell, en 1551. Les auteurs dramatiques contemporains de Shakespeare étaient Robert Green, Heywood, Decker, Rowley, Peal, Chapman, Ben-Johnson, Beaumont, Fletcher : jacet oratio. Pourtant le Fox et l’Alchimiste, de Ben-Jonson, sont deux comédies encore estimées.

Spenser fut le poète célèbre sous Elisabeth. L’auteur éclipsé de Macbeth et de Richard III se montrait à peine dans les rayons du Calendrier du Berger et de la Reine des fées. Montmorency, Biron, Sully, tour à tour ambassadeurs de France auprès d’Élisabeth et de Jacques Ier, entendirent-ils jamais parler d’un baladin, acteur dans ses propres farces, et dans celles des autres ? prononcèrent-ils jamais le nom, si barbare en français, de Shak espeare ? soupçonnèrent-ils qu’il y avait là une gloire devant laquelle leurs honneurs, leurs pompes, leurs r angs, viendraient s’abîmer ? Hé bien ! le comédien de tréteaux, chargé du rôle du spectre dans Hamlet, était le grand fantôme, l’Ombre du Moyen-Age, qui se levait pour le monde, comme l’astre de la nuit, au moment où le Moyen-Age achevait de descendre parmi les morts : siècles énormes que Dante ouvrit, que ferma Shakespeare [1].

Dans le Précis historique de Witheloke, contemporain du chantre du Paradis perdu, on lit : « Un certain aveugle, nommé Milton, secrétaire du parlement pour les dépêches latines. » Molière, l’histrion, jouait son Pourceaugnac, de même que Shakespeare, le batteleur, grimaçait son Falstaff. Camarade du pauvre Mondorge, l’auteur du Tartuffe avait changé son illustre nom de Poquelin contre le nom obscur de Molière, pour ne pas déshonorer son père le tapissier.

Avant qu’un peu de terre obtenu par prière

Pour jamais sous la tombe eût enfermé Molière,

  1. Shakespeare écrit lui-même son nom Shakspeare ; l’autre orthographe a prévalu ; on trouve aussi souvent Shakespear.