Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce seigneur, regarda comme une grâce sans égale de pouvoir portraire le vieux Renard de la mer, en l’honneur de son aventureuse intrépidité, — et pour ce.... Rubens allait chaque jour chez Jacobsen, qui logeait dans un petit et modeste réduit tout proche du vieux Risban. — Et quand il eut fini ce portrait, comme monsieur l’échevin le voulait douer pour salaire d’une bourse, ou du moins d’une belle chaîne d’or d’ophir, le peintre répondit avec gentillesse : Je suis assez doué, puisqu’on pourra dire que Rubens a pourtraict Jacobsen.

— Oh ! je me souviens bien de ce portrait, s’écria Jean ; l’homme est brun et haut de visage, ses cheveux et ses moustaches sont noirs,.... il est armé d’un corselet d’acier, avec une écharpe rouge par-dessus ; de sa main droite, il tient son bâton de commandement, et l’autre main est appuyée sur un beau casque resplendissant, puis dans le fond ce sont navires, bataille et flots remués par la tempête, comme ce jour où j’étais en haute mer en compagnie de ces deux petits mousses de Rotterdam, — ajouta Jean avec une exaltation qui fit sourire maître Cornille, et soupirer sa femme.

— Et révérence parler, dit Sauret, qui, usant du privilège que lui donnaient ses anciens services, hasardait quelquefois une observation ou un commentaire, — révérence parler, m’est avis que ce seigneur peintre a bravement choisi le moment de la physionomie de la mer, en la représentant furieuse et grondante ; car qui n'a vue cavale en rut et mer en rage, n'a vu que l'ombre au lieu du jour, dit le Noël ; et à propos de tempêtes, je me souviens, révérence parler, maître Cornille, qu'avant d'être sous votre patronage, nous étions une fois en une navigation lointaine et