Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


raconterai plus les histoires du vieux Jacobsen, le Renard de la mer, comme nous l’appelions autrefois, du temps qu’il était capitaine de mon père Antoine Bart, de ton grand-père, mon petit Jean....

— Oh ! contez, contez, mon père, s’écria Jean tout joyeux, en s’asseyant aux pieds de maître Cornille.

— Vous allez vous fatiguer de nouveau, mon ami, dit Catherine, songez donc que le physicien a surtout recommandé de peu parler.

— Bon... n’aie pas de crainte... je parlerai doucement... et puis ne faut-il pas que mon fils sache au moins que son grand-père n’est pas mort sans gloire, et comment il a succombé vaillamment sous le canon de l’Anglais ?

— Mon grand-père est mort blessé par l’Anglais ? s’écria Jean Bart en sentant sa colère se raviver contre John Brish.

— Oui, mon petit héros, c’est en combattant l’Anglais que ton grand-père est mort.

— Ah ! pour cette fois, fourche de John Brish... merci de moi... s’il ne reste pas meurtri de cette dernière râtelée ! — s’écria Sauret qui venait d’entrer avec une lampe de cuivre à trois becs.

Mais un regard sévère de mademoiselle Bart l’arrêta court. Aussi, mettant sa lampe sur un des bahuts, il resta muet et confus.

— Allons, pardonne-lui, Catherine, c’est un vieux et fidèle serviteur qui aime notre petit Jean à sa manière, dit Cornille ; — et sur un signe de Catherine, il ajouta : — Ma femme te pardonne. Allons, va chercher ton chantier et ta galère, mets-toi là, et viens écouter aussi, car tu aimes autant ces récits que mon petit Jean lui-même.

Sauret sortit tout joyeux et revint bientôt avec sa galère et ses outils, puis il s’assit par terre, aux pieds de maître Cornille.

A ce moment, le canon, qui avait cessé, se fit entendre de nouveau.

— Le canon ? — C’est le canon, s’écria Jean en bondissant sur son escabeau.

— Oui, le feu recommence, dit Cornille.

Catherine se signa, et prit sa quenouille.

— Et sur ma foi, mon petit Jean, toute cette artillerie accompagnera dignement le récit dos faits d’armes de ton grand-père et