Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Bien, bien, jeune fils, reprit le marinier, mais plus bas, pour l’amour du ciel, plus bas, car vous béez bien comme un dom [1] qu’on veut peigner. Puis, s’adressant à un grave bourgeois coiffé d’un large feutre et vêtu d’un pourpoint à la flamande : — Et qu’ont fait les doms aujourd’hui, maître Belsen ?... — Nous défendent-ils aussi vaillamment qu’autrefois M. le comte d’Estrades, quand nous étions Français ?...

— M. le maréchal de Hocquincourt a été tué dans une sortie, répondit le bourgeois, tué par une escoupéterie des enfans perdus de M. de Turenne, commandés par M. le comte de Soissons. C’est du moins le connétable de la confrérie des arbalétriers qui a dit cela au cabaret des Sepî-Planètes, où j’étais tantôt, avant la vesprée ; il tenait la nouvelle d’un de ces maudits manteaux rouges de la compagnie de dom Antonio de la Cueva

— Oh ! là…. maître Belsen, voici encore une brave écharpe bleue [2] qui échappe à la hache du bourreau par une mousquetade ; aussi bien le seigneur maréchal avait le pronostic d’une fâcheuse étoile sur son visage, je l’ai bien vu le jour où il remit au capitaine de la colonnelle l’étendart de M. le prince,….. un noble étendart de satin blanc, ma foi, tout cantonné de fleurs de lis d’or, avec une frange de soie isabelle et rouge [3] ; c’est ça qui aurait fait un fier tendelet pour le carrosse d’une galère capitane !..... ah ! et puis on avait peint sur l’étendart une grande flamme, qui sortait vivement d’un monceau de bois... et autour, pour devise... ah ! par ma foi ! pour devise,... des mots comme latins... ou même morisques.... N’est-ce pas, maître Belsen ?...

  1. Un Espagnol.
  2. Couleurs de M. le prince de Condé.
  3. Couleurs des livrées de M. le Prince.