Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cette maison, comme presque toutes celles du temps, était de forme irrégulière, avec de hautes et étroites croisées en ogives, garnies d’un treillis de plomb. La date de l’année de sa construction se voyait chiffrée en barres de fer sur la façade ; enfin, au-dessous des fenêtres du rez-de-chaussée, à gauche du degré et au niveau de la rue, une porte en saillie, garnie de larges ferrures, donnait entrée dans la cave.

Nous l’avons dit, un assez grand nombre de bourgeois entourait cette demeure, et quoiqu’on entendît de loin à loin le bruit de l’artillerie des forts, qui répondait sourdement aux batteries anglaises et françaises, les progrès du siège ne paraissaient pas alors occuper l’attention du groupe dont nous avons parlé. Le nom de maître CORNILLE BART, échangé à voix basse entre ces personnages, avec une curiosité inquiète, témoignait de la popularité dont jouissait cet intrépide corsaire, et du vif intérêt qui s’attachait à lui, depuis que deux blessures graves et dangereuses, reçues pendant le siège, mettaient sa vie en danger.

Enfin, après quelques momens d’attente, l’épaisse porte de chêne noir, qui surmontait le degré, s’ouvrit, et un marinier à cheveux gris, au visage maigre et halé, d’une taille moyenne, et vêtu d’un justaucorps de serge d’Aumale bleue à boutons d’étain, et de larges chausses à la flamande, commandant le silence d’un geste significatif, dit très bas aux gens qui composaient ce groupe : — Maître Cornille vient de s’éveiller tout-à-l’heure : le physicien [1] avait dit ce matin que s’il dormait trois heures, cela serait bien ; or, maître Cornille en a dormi quatre, c’est donc mieux que bien.

— Merci, merci, Haran-Sauret, murmura l’auditoire à voix basse, et que le Seigneur entende nos bons vœux pour maître Cornille Bart !

— Et par les reliques de Saint-Omer ! s’écria un jeune nation de busche [2], la première fois que ces chiens d’Anglais me laisseront

  1. Le médecin.
  2. Busse ou busche, sorte de bâtiment dont on se sert pour la pèche du hareng dans les mers de Hollande et d’Angleterre. Ce bâtiment est fort renflé de l’avant, pour mieux résister aux coups de mer, étant obligé de mettre souvent à la cape pour jeter les filets, et d’amener le grand mal et le mât de misaine sur le pont, où on les fait porter alors sur des chandeliers, ou espèces de fourches.. — Ces bâtimens ont trois mâts à plomb et trois voiles carrées ; ils portent quelquefois un hunier au-dessus de leur grand’voile. — On ajoute de beau temps deux honnêtes aux voiles et un tapecul. — Les busches ont depuis cinquante jusqu’à soixante-dix pieds de longueur, et de treize à quinze pieds de largeur.