Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand-duc actuel ont déjà beaucoup amélioré et finiront par assainir complètement ce pays qui, jusqu’ici, était inhabitable l’été. Une route superbe le traverse, et quand elle sera terminée du côté de l’État romain, où il ne reste que quelques lieues à faire pour établir la communication, ce sera la route d’hiver la plus rapide, la plus tempérée et probablement la plus fréquentée par les voyageurs qui se rendront à Rome. Mais dans l’état actuel des choses on ne peut franchir facilement l’espace où elle n’est point exécutée, qui sépare la partie romaine de la partie toscane. — Il n’y a réellement qu’un moyen commode de voir la Maremme : c’est de s’embarquer à Cività-Vecchia, et de venir faire naufrage au monte Argentaro.


J.-J. AMPERE.