Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/607

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VOYAGES


DE


JAMES HOLMAN


AUTOUR DU MONDE. [1]




Tous nos lecteurs probablement ne se rappellent pas le nom d’Holman ; mais aucun d’eux sans doute n’aura oublié le voyageur aveugle qu’on rencontrait successivement dans une île de l’Océanie et à la cour d’un petit prince africain, au pied des Cordillières américaines et au milieu des steppes de l’Asie. D’après les maigres détails que donnaient nos journaux sur ce singulier personnage, il était permis de se le représenter comme un homme riche qui voyageait accompagné de ses gens, entouré de leurs soins et ne rencontrant d’obstacles que ceux que l’or ne peut aplanir ; comme un hypocondriaque qui, se trouvant mal en tous lieux, courait le monde pour s’échapper à lui-même, et dont le courage ne consistait guère qu’à savoir braver un mauvais climat, un mauvais gîte et un

  1. Ou Excursions faites dans diverses parties de l’Afrique, l’Asie, l’Australasie et l’Amérique, depuis 1827 jusqu’à 1832. — Londres, 1834.