Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/549

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE SOUPER CHEZ LE COMMA ? iDEUR. o4ô

des saintes. Or, voyez-vous don Juan entrer au ciel sans pouvoiisaluer Marie et ses compagnes avec une prière, voyez-vous don Juan servir de risée à tous les petits chérubins ? ( il éteint la lampe du sépulcre.) Maintenant, splendeur, étoile ou soleil, révèle —toi, forme de la prière, que je t’inonde de mes larmes, que je te couvre de baisers, révèle-toi, que nos amours s’accomplissent avant l’aurore. Déception ! mon Dieu, comment faut-il donc faire pour prier, veux-tu que je tombe à genoux comme les vieilles femmes ? J’ai honte ! n’importe, essayons. Anna, si tu m’avais trompé ! où trouver une image de saint ? ah ! je viens de me déchirer à tes épines ; c’est toi, Christ ? salut, voilà bien long-temps que tu pleures, tant de soufCrance doit avoir aigri ton ame, et je n’ose t’adorer si tôt. Mais vous, blanche couronne, que les hommes n’ont pas effeuillée encore, vous attirez mon ame à vos parfums, et c’est sur vous qu’elle répandra sa première rosée ; vous êtes femme comme Anna ; Marie, Marie, ô sainte Marie, ayez pitié de moi ! ( Il tombe à genoux et prie.)

(Le conmiandeur entre par le fond, les bras croisés sur sa poitrine la tête inclinée, comme un homme qui rêve.)

LE COMMANDEUR.

Réversibilité ! mot sublime et profond

Qui ne pouvait sortir, ici-bas, que d’un front Couronné des splendeurs d’une triple aiH’éole ! Réversibilité ! magnifique parole

Dont a jailli sur nous la lumière à grands flots. Parole de salut, dogme céleste, éclos

De toute éternité pour les saintes phalanges, Mot auguste et profond de la langue des anges Que nous autres mortels n’eussions jamais appris. Si toi, divin Jésus, divin martyr épris De nos tristes douleurs et de notre misère, Tu ne fusses un jour venu sur le Calvaire Pour nous le révéler. Gloire donc, gloire à toi, Divin crucifié ! — Certes le nièuie roi,