Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/481

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


évangélique. L’étendue des pays où les missions protestantes portent leurs prédications est immense, et leurs établissemens sont extrêmement nombreuses ; on pourra s’en faire une idée en apprenant qu’il existe vingt-huit associations principales, sans compter un nombre prodigieux de succursales. Les stations qui méritent surtout l’attention des géographes sont celles de l’Afrique méridionale, de l’Inde au-delà du Gange, de la Haute-Asie et de l’Océanie. Sans énumérer ici tous les recueils qui, sous les noms de Proceedings, de Transactions, de Chronicle, de Nachrichten, de Magazine, etc., sont destinés à faire connaître les travaux des missions évangéliques, nous mentionnerons le Missionary Register, consacré à la Société des missions de l’église anglicane, lequel, outre les travaux de cette société, donne habituellement une analyse de ceux des autres institutions de même nature, tant de la Grande-Bretagne que du continent.

Indépendamment de ces écrits périodiques, divers missionnaires protestans ont publié des ouvrages séparés très intéressans pour les sciences géographiques. Les plus importans sont, pour l’Afrique, le Journal d’une visite dans l’Afrique méridionale, publié à Londres en 1819, par M. Latrobe, chargé de l’inspection des établissemens des frères Moraves ; le Voyage dans l’intérieur de l’Afrique méridionale (Londres, 1822), par le révérend John Campbell, envoyé dans un but analogue par la Société des missions de Londres, et surtout les Recherches sur l’Afrique méridionale, qui ont paru en 1828, et qui sont l’ouvrage du révérend John Philip, collègue et compagnon de voyage de Campbell. L’exploration intérieure de cette région a récemment été poussée fort loin par les missionnaires français Rolland, Arbousset et Cazalis.

Pour l’Asie, nous citerons le Journal du voyage à Siam, de Jacob Tomlin et Charles Guztlaff, publié en 1831, par le premier de ces missionnaires, ainsi que le voyage du second dans la Tatarie Mandchoue, imprimé à Canton en 1832 ; les Recherches chrétiennes en Syrie et dans la terre sainte (Londres, 1826), par le révérend William Jowett ; le voyage du docteur Graves à Bagdad, par la Russie, la Géorgie et la Perse, publié en 1831 et 1832 ; enfin, le voyage de Burton et Ward dans l’intérieur de Sumatra, inséré dans les Transactions de la Société asiatique de Londres.

Dans l’Océanie, nous mentionnerons les Recherches polynésiennes de William Ellis, dont une double édition a été donnée à Londres en 1829 et 1831 ; les voyages du chapelain Hervart aux îles Washington et Sandwich, publiés aux États-Unis en 1831 et réimprimés à Londres en 1832, et surtout le journaL rédigé par James Montgommery et publié en 1831 du beau voyage exécuté de 1821 à 1829, dans les îles de la mer du Sud, la