Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/318

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
312
REVUE DES DEUX MONDES.

moteur personnel. La base de la déontologie, c’est donc le principe de l’utilité, c’est-à-dire, en d’autres termes, qu’une action est bonne ou mauvaise, digne ou indigne, qu’elle mérite l’approbation ou le blâme en proportion de sa tendance à accroître ou à diminuer la somme du bonheur public. Ici trois questions :

1° Qu’exige le bonheur public ?

2° L’opinion publique est-elle d’accord avec l’intérêt ou le bonheur public ?

3° En ce qui concerne l’application pratique, quelle ligne de conduite faut-il suivre dans chacun des cas qui se présentent à notre considération ?

Il s’agit donc de savoir si ce que le monde appelle du nom de morale est réellement un instrument véritable de bonheur.

La morale, la religion, la politique, le moraliste, l’homme d’état et le prêtre ne peuvent avoir qu’un seul et même objet, le bonheur.

Bentham critique la manière dont la morale a été traitée jusqu’à présent : il représente les moralistes s’élevant en monarques absolus et infaillibles, imposant des lois à l’univers qu’ils s’imaginaient voir à leurs pieds, et demandant, pour leurs commandemens et leurs prohibitions, une prompte et complète obéissance. Le monde s’est fréquemment indigné de l’impudence de ses gouvernans politiques. Celui qui de son chef se constitue arbitre souverain de la morale, qui, comme un fou dans sa loge, agile un sceptre imaginaire, celui-là, dans son impudence, dépasse toute mesure.

Le talisman employé par les moralistes se réduit à un mot qui sert à donner à l’imposture un air d’assurance et d’autorité : ce mot sacramentel, c’est le mot devoir. Il faut que ce mot soit banni du vocabulaire de la morale. Le mot déontologie, ou la science de ce qui est bien et convenable, a été choisi comme plus propre que tout autre à représenter, dans le domaine de la morale, le principe de l’utilitairianisme, ou de l’utilité.

Les philosophes de l’antiquité ne sont pas moins vivement tancés que les moralistes en général. Tandis que Xénophon écrivait l’histoire, dit Bentham, et qu’Euclide créait la géométrie, Socrate et Platon débitaient des absurdités, sous prétexte d’enseigner la sagesse et la morale. Bentham est impitoyable contre les philosophes, les académiciens et les platoniciens. Il passe ensuite à la réfutation de