Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nuit fatale de Noël, et lorsqu’il ne devait pas encore être remis de ses blessures. Pas un mot dans cette lettre n’indique qu’il y ait eu le désordre le plus léger dans Rome. Le pontife continue d’avertir le roi avec une impérieuse gravité, et rassemble contre lui de nouveaux griefs. Mais il aime encore mieux taire l’outrage de Cinci que d’en accuser Henri.


VILLEMAIN.