Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/421

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et l’obéissance monarchique, et réclamèrent hautement la réforme politique et sociale. Shelley eut des admirateurs et des ennemis : les uns découvraient une philosophie aussi haute que profonde dans ses mystiques œuvres ; les autres y voyaient le premier cri d’une révolte impie contre l’église et contre l’état. Quelques critiques lui reprochèrent l’obscurité dans laquelle sa pensée s’enveloppe, et le traitèrent d’insensé. La masse du public reconnut la puissance d’enthousiasme et l’originale grandeur qui présidaient à ses inspirations.

Sa poésie est, en général, vague et nébuleuse. Le Prométhée déchaîné n’est qu’une énigme magnifique ; il y a cependant beaucoup de vérité dans sa tragédie de Cenci, et la concision, la beauté antique et nerveuse de ses poésies fugitives, rappellent quelques-uns des chefs-d’œuvre de Milton.

Shelley périt au milieu d’une tempête qui le jeta sur les côtes d’Italie ; ses amis brûlèrent son cadavre, et placèrent ses cendres dans une urne sépulcrale [1]. Parfait gentleman, sa délicatesse, son honneur, ses manières élégantes lui valurent beaucoup d’amis. A la hauteur de l’imagination, il joignait une sensibilité profonde, des traits de gaîté originale, et ce talent pathétique qui s’adresse au cœur et qui l’émeut [2]

  1. Ce fut Byron qui se chargea de diriger cette étrange cérémonie. Une belle soirée empourprait les vagues de la mer. On choisit une grève solitaire, déserte et pittoresque ; et le poète du doute éleva de ses propres mains le bûcher qui dévora les restes du poète panthéiste, exilé comme lui de l’Angleterre.
  2. Ce poète ne mérite point d’être confondu avec les médiocrités nombreuses que l’indulgente critique de M. Cunningham va passer en revue dans les biographies suivantes. Lui aussi, il a marqué sa trace. Moins populaire de son vivant que Southey et que Moore, la hauteur singulière de sa philosophie, et la platonique élévation de son enthousiasme, ont rendu à son ombre les admirateurs qui avaient manqué à sa vie. Il a des imitateurs aujourd’hui.
    Shelley a poétisé le spinosisme. C’était assurément une grande idée. Que ce système fût bon ou mauvais, c’était du moins un système, quelque chose au-delà du doute que lord Byron professait, au-delà des lieux communs de Th. Moore. L’ouvrage qui rend le mieux la pensée intime de Byron, sa plus complète expression, c’est Don Juan. De l’exaltation à la satire, de l’adoration de la nature aux malédictions jetées sur elle, de la colère frénétique au platonisme pacificateur, la Muse de lord Byron passait sans transition, sans scrupule, sans autre excuse que le scepticisme universel qui le domine. Shelley chante l’ame du monde, Dieu présent partout, visible en toute chose, la matière déifiée, le rocher, la pierre, la fleur, tout ce qui est animé ou inanimé, faisant partie de la déité universelle. Athée comme Spinosa, c’est-à-dire panthéiste, matérialiste ; sans Dieu, parce qu’il ne veut reconnaître Dieu que sous la forme de l’univers même, il a fait de la poésie avec cette philosophie immense, à peu près comme les Brahmanes ont écrit les Pouianas. L’originalité de Shelley dans sa vie privée est aussi remarquable que celle de lord Byron. Depuis sa première jeunesse jusqu’à sa mort prématurée, Shelley s’est occupé à la fois des études les plus contradictoires, de sciences positives et de mystagogie, d’algèbre et de poésie lyrique, de spiritualisme et d’anatomie. On conserve encore à Oxford le souvenir de ses singularités. L’appartement qu’il occupait pendant son séjour à cette université a été décrit par un de ses amis. Les cornues s’appuyaient sur les éditions d’Euripide ; la fumée des préparations chimiques se mêlait à la saveur du café en ébullition et des préparations pharmaceutiques. C’était un capharnaüm rempli des objets les plus divers : ustensiles mécaniques, instrumens d’astronomie et de physique, armes anciennes, bouquins d’astrologie judiciaire, vieux livres oubliés même des savans, appareils d’électricité et de galvanisme ; des fleurs nouvelles sur des os de mort, et des fleurets sur un squelette. Cet homme, qui a passé pour athée, et que l’Angleterre a banni, était le plus doux, le plus tendre et le plus aimable des mortels. Puis il a eu le privilège d’être aimé réellement de lord Byron, dont le caractère était aussi taquin, aussi fantasque et aussi difficile que celui de Shelley était doux, égal et bienveillant.