Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avait assez, et qu’il n’irait pas plus loin. Balmat me fit signe de venir prendre le bras de Maria à sa place, et allant à Terraz, qui commençait déjà à s’endormir, il le secoua vigoureusement.

— Qu’est-ce que vous me voulez ? dit Terraz.

— Je veux que tu viennes.

— Et moi je veux rester ici ; je suis bien libre !

— C’est ce qui te trompe.

— Pourquoi cela, s’il vous plaît ?

— Parce que nous sommes partis à sept, qu’on sait que nous sommes partis à sept, et qu’en arrivant au grand plateau, d’où l’on peut nous distinguer de Chamouny, les gens du village verront que nous ne sommes plus que six : ils croiront alors qu’il est arrivé malheur à l’un de nous, et comme ils ne sauront pas à qui, cela mettra sept familles dans la désolation.

— Vous avez raison, père Balmat, dit Terraz, et il se remit sur les jambes.

Ces deux retardataires ne nous rejoignirent que sur le dôme du Mont-Blanc. Maria était presque évanouie ; cependant elle se remit un peu et porta les yeux sur l’horizon immense qu’on découvre ; nous lui dîmes en riant que nous lui donnions pour sa dot tout le pays qu’elle pourrait apercevoir. Balmat ajouta : — Maintenant, puisqu’elle est dotée, il faut la marier ; messieurs, quel est le luron qui l’épouse ici ? — Dame ! nous ne faisions pas de crânes prétendus : personne ne se présenta, excepté Michel Terraz ; encore demanda-t-il une demi-heure.

Comme nous ne pouvions rester que dix minutes à peu près, la proposition n’était point acceptable : aussi, lorsque nous eûmes bien regardé le coup d’œil, Balmat nous dit : — Ah ! ça, mes enfans, c’est bel et bon, mais il est temps de défiler. — En effet le soleil s’en allait grand train ; nous fîmes comme lui.

Le lendemain, lorsque nous descendîmes à Chamouny, nous trouvâmes toutes les femmes du village, qui attendaient Maria pour lui demander des détails sur son voyage. Elle leur répondit qu’elle avait vu tant de choses, que ce serait trop long à raconter ; mais que si elles étaient bien curieuses de les connaître, elles n’avaient qu’à faire le voyage elles-mêmes. Pas une n’accepta.