Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/264

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’avoir été, entre les mains de Fust et de Guttemberg, s’est élevée à un degré supérieur de perfections, et dès lors les caractères mobiles ont été trouvés. Telle est en toute chose l’opposition constante de l’Orient et de l’Occident : l’Orient invente et conserve, l’Occident applique et perfectionne. Langues, religions, systèmes, sciences, arts, jeux, il n’est presque rien qui ne nous soit venu de l’Orient ; mais il n’est rien que nous n’ayons amélioré et développé : le progrès, le perfectionnement, tel est le génie de l’Occident. L’Orient est une mer immense et immobile, l’Occident est un fleuve qui en découle et s’en nourrit, mais qui marche toujours de plus en plus large, clair et profond, et à travers mille détours, mille erreurs, de rive en rive, de cataracte en cataracte, aujourd’hui lent, demain rapide, s’achemine majestueusement vers des régions inconnues.


§ V - Géographie, histoire

M. Rémusat s’est peu occupé de la géographie de la Chine proprement dite, et dans les livres chinois qui traitent de cette science, il a cherché de préférence ce qui concernait les peuples voisins plus mal connus et plus difficiles à connaître que les Chinois eux-mêmes. Cependant, sans parler de quelques découvertes que nous indiquerons, il faut citer un excellent résumé inséré dans les nouveaux Mélanges asiatiques sous ce titre, La Chine et ses habitans, qui en soixante-neuf pages contient les notions les plus exactes sur la géographie physique, la division administrative, l’organisation sociale, religieuse et littéraire de la Chine.

Voici un extrait de ce sommaire, qui pourra préciser les idées souvent si vagues qu’on se fait de l’empire chinois :

Cet empire, en y comprenant les pays qu’y ont réunis les empereurs de la dynastie régnante, n’a pas moins de cinq cent vingt-cinq lieues du nord au sud, et de six cents lieues de l’est à l’ouest en partant des points les plus éloignés, ou trois milles lieues carrées de superficie ; deux fleuves immenses, le Kiang et le fleuve Jaune, traversent une partie de cette vaste étendue ; le premier a 7 lieues