Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/681

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


autre ; n’ayez donc aucune crainte, car monseigneur le Dauphin ne vous veut aucun mal.

— Eh bien ! nous irons donc, dit le duc, nous fiant à Dieu, — il leva les yeux au ciel, — et à vous, continua-t-il, en fixant sur Tanneguy un de ces regards perçans qui n’appartenaient qu’à lui. Tanneguy le soutint sans baisser la vue.

Alors celui-ci présenta au duc le parchemin sur lequel étaient inscrits les noms des dix hommes d’armes qui devaient accompagner le Dauphin : ils étaient inscrits dans l’ordre suivant.

Le vicomte de Narbonne, Pierre de Beauveau, Robert de Loire, Tanneguy Duchâtel, Barbazan, Guillaume Le Bouteillier, Guy d’Avaugour, Olivier Layet, Varennes et Frottier.

Tanneguy reçut en échange la liste du duc. Ceux qu’il avait appelés à l’honneur de le suivre, étaient :

Monseigneur Charles de Bourbon, le seigneur de Noailles, Jean de Fribourg, le seigneur de Saint-Georges, le seigneur de Montaigu, messire Antoine du Vergy, le seigneur d’Ancre, messire Guy de Pontarlier, messire Charles de Lens et messire Pierre de Gyac. De plus, chacun devait amener avec lui son secrétaire [1].

Tanneguy emporta cette liste. Derrière lui, le duc se mit en route pour descendre du château au pont ; il était à pied, avait la tête couverte d’un chaperon de velours noir, portait pour armes défensives un simple haubergeon de mailles, et pour arme offensive, une faible épée à riche ciselure et à poignée dorée [2].

En arrivant à la tête du pont, Jacques de la Lime lui dit qu’il avait vu beaucoup de gens armés entrer dans une maison de la ville, qui touchait à l’autre extrémité du pont, et qu’en l’apercevant, lorsqu’il avait pris poste avec sa troupe, ces gens s’étaient hâtés de fermer les fenêtres de cette maison.

— Allez voir si cela est vrai, de Gyac, dit le duc ; je vous attendrai ici [3].

  1. Enguerrand de Monstrelet. — Sainte-Foix. — Barante.
  2. On montre encore aujourd’hui à Montereau cette épée suspendue dans l’église.
  3. Enguerrand de Monstrelet.