Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/544

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POETES ET ROMANCIERS MODERNES


DE LA FRANCE.


V.




BERANGER.




Dans ces esquisses, où nous tâchons de nous prendre à des œuvres d’hier et à des auteurs vivans, où la biographie de l’homme empiète, aussi loin qu’elle le peut, sur le jugement littéraire, où ce jugement toutefois s’entremêle et supplée au besoin à une biographie nécessairement inachevée ; dans cette espèce de genre intermédiaire, qui, en allant au-delà du livre, touche aussitôt à des sensibilités mystérieuses, inégales, non encore sondées, et s’arrête de toutes parts à mille difficultés de morale et de convenance, nous reconnaissons aussi vivement que personne, et avec bien du regret, combien notre travail se produit incomplet et fautif, lors même que notre pensée en possède par devers elle les plus exacts élémens. Le premier devoir, en effet, la première vérité à observer en ces sortes d’études, c’est la mesure et la nuance de ton, la discrétion de détails, le sentiment toujours attentif et un peu mitigé, qui règnent dans le commerce du critique avec les contemporains qu’il honore et qu’il admire. Avant d’être de grands hommes qu’il veut faire connaître, ils sont pour lui des hommes qu’il aime, avec lesquels il vit, et dont les moindres considérations personnelles, les moindres susceptibilités sincères lui sont plus sacrées que la curiosité de tous.