Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/449

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


incidens de son roman, des incidens et des personnages de son temps.

Ce qui me porterait à le présumer, c’est que plusieurs des noms de lieux auxquels il attache parfois les noms de ses acteurs, sont des noms de lieux réels et même très-connus dans le midi. Ainsi, par exemple, il y est question d’un chevalier nommé Estut de Vert-Feuil. Or, Vert-Feuil fut un château célèbre dans le diocèse de Toulouse. Il y a très-probablement, dans la description poétique que fait notre auteur du château de la belle Brunissende, quelque allusion au château de Montbrun, ancien château célèbre du Limousin, dont on voit encore aujourd’hui des ruines remarquables.

Il y aurait donc, dans le roman de Geoffroi, quelques données positives que l’auteur n’aurait fait qu’idéaliser, pour leur donner une couleur et des dimensions plus poétiques.