Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/419

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle entrait avec la foule, par la grande grille du château, dans les jardins inondés déjà de curieux.

Le grand parterre qui s’étend devant la façade du palais, offrait à ce moment un bien éblouissant spectacle.

A droite, à gauche, au-dessous des ormes et des tilleuls, le long des charmilles de toutes les allées environnantes, couraient et se croisaient mille guirlandes de lanternes et de verres de couleurs ; puis, du fond de ce vaste amphithéâtre de feuillages et de lumières, s’élançaient des gerbes et des bouquets d’eau qu’on eût dit enflammés, et descendait, illuminée par enchantement, la grande cascade, précipitant ses larges nappes étincelantes comme la lave d’un volcan.

Placés de distance en distance, les musiciens des régimens de la garde du roi jouaient tour à tour des symphonies et des marches militaires.

Cependant, sous les arbres, dans les allées du parterre, au bord des bassins de la cascade, se promenait, épaisse et confuse, une foule étrange et merveilleuse. Il n’y avait là nul travestissement, mais c’était bien la plus curieuse bigarrure de costumes qui se soit vue jamais.

C’étaient les chambellans aux chapeaux à plume blanche, aux bas de soie blancs, aux habits cousus d’or, la clé d’or sur la poche ; les dames d’honneur de la reine, les camerieras, couvertes de pierreries, en toques de gaze, en robes de satin avec leurs longues queues traînantes ; — puis les Ségoviennes aux monteras garnies de boutons, les femmes de Zamarramala aux larges jupons de serge jaune, aux bas de laine rouge, aux blanches chemises brodées en cordonnet noir sur les manches.

C’étaient des arriéros avec la cuirasse et la ceinture de peau, les larges pantalons, le chapeau rabattu ; — puis des moines, des officiers, des soldats, de tout ordre, de toute arme, de tout rang, de toute couleur, avec ou sans barbe, sapeurs, cuirassiers, capucins, grenadiers, chartreux, carabiniers, bénédictins, volontaires royalistes, gardes-du-corps, et mille autres ; — puis des évêques violets, des cardinaux rouges, des curés, des escribanos