Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/353

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


animaux vertébrés, il y a deux systèmes nerveux (le cérébro-spinal pour la vie de relation, le grand sympathique pour la vie de nutrition, et que le système de la vie de nutrition dans tous ces animaux est double, comme le système nerveux de la vie de relation.

Les irrégularités que présentent les organes des deux vies tiennent toujours à des circonstances accidentelles.

Séance du 23 juillet. — L’Académie reçoit l’annonce de la mort d’un de ses membres, le docteur Portai.

Le secrétaire de l’institution royale de la Grande-Bretagne adresse au nom de cette institution, à l’Académie des sciences, une lettre de condoléance sur la mort de M. Cuvier.

M. A. St-Hilaire fait, en son nom et celui de M. Labillardière, un rapport très-favorable sur un mémoire de M. A. Moquin ayant pour titre : Considérations sur les irrégularités de la corolle dans les dicotilédones.

L’auteur commence par rappeler les divers genres de déviations admis jusqu’à ce jour pour les fleurs irrégulières, et dont les deux principaux sont les formes labiées et papilionacées. Il s’occupe ensuite des phénomènes qui altèrent la régularité du type primitif de la corolle. Enfin, il fait voir que même dans les corolles qui semblent s’éloigner le plus de ce type régulier, il s’en conserve toujours des traces manifestes. Ainsi, dans une corolle pentapétale, l’irrégularité ne portera jamais sur les cinq pétales à la fois, mais suivant qu’il en affectera quatre, trois, deux ou une seule, on aura quatre genres de déviations d’un même type tous différens les uns des autres.

M. Becquerel lit un mémoire sur le carbonate de chaux et ses composés.

Le carbonate de chaux est une des substances les plus répandues dans la nature ; on le rencontre dans les terrains de tous les âges depuis les plus anciens jusqu’à ceux qui se forment maintenant à la surface du globe : il entre aussi, comme on sait, dans la composition d’un grand nombre de corps organisés. Les formes sous lesquelles il peut se présenter, sont très-nombreuses, mais elles constituent deux groupes bien distincts : le premier, comprenant toutes les formes ramenables au rhomboèdre, appartient au calcaire proprement dit ; le second appartient à l’arragonite ; sa forme primitive est le prisme droit rhomboïdal. On ignore encore les circonstances qui déterminent la cristallisation dans le système rhomboïdal, ou dans le système prismatique. Tout ce que l’on sait à cet égard, c’est que l’arragonite se trouve ordinairement dans des gîtes particuliers, dans dos lorrains volcaniques ou métallifères.