Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/351

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On procède ensuite à l’élection d’un candidat pour la chaire d’anatomie comparée, au Jardin-des-Plantes. Le nombre des votans est de 45. M. Duvernoy obtient 20 suffrages, M. de Blainville en obtient 22 et est déclaré élu.

Séance du 16 juillet. — M. Thénard l’ait un rapport verbal très-favorable sur lin mémoire de M. Dumas, relatif à la composition chimique du minium.

M. Duméril fait, en son nom et celui de M. Geoffroy, un rapport sur un ouvrage de M. le docteur Breschet, ayant pour titre : Etudes anatomiques et pathologiques de l’œuf dans l’espèce humaine, et dans quelques-unes des principales familles des vertébrés.

Dans la partie de ce travail soumise au jugement des commissaires, l’auteur n’a considéré que les membranes de l’œuf, et les principaux résultats de ses recherches peuvent être résumés dans les propositions suivantes :

1° A partir du moment de la fécondation, il commence à se former dans l’utérus une fausse membrane analogue à celle qui est sécrétée dans un grand nombre d’inflammations. C’est la caduque primitive des auteurs, le périone primitif de M. Breschet.

2° Cette membrane forme une poche complètement close, et qui renferme dans son intérieur un liquide que M. Breschet désigne sous le nom d’hydropérione.

3° Quand l’ovule arrive dans l’utérus, il s’adosse à cette poche qu’il repousse en lui faisant perdre sa forme sphérique pour prendre celle d’une double calotte dont les deux lames sont séparées par l’hydropérione.

4° Cette double calotte s’étend sur la surface de l’œuf, se réfléchit autour de lui, et finit par l’envelopper complètement.

5° A cette époque, les deux membranes caduques sont appliquées presque immédiatement l’une sur l’autre, le liquide qui les séparait n’existe plus, et le placenta a déjà commencé à se montrer.

6° Le périone a servi à la nutrition du fétus jusqu’au moment où la communication entre lui et sa mère a été établie par l’intermédiaire du placenta. Ce mode de nutrition de l’embryon pendant les premières phases de la vie semble devoir être rapporté aux phénomènes d’endosmose et d’exosmose, signalés par M. Dutrochet.

7° Les membranes caduques se forment partout où se développe l’œuf lorsque la grossesse est extra-utérine.

Toutes les dispositions que nous venons de signaler s’appliquent à l’œuf de tous les mammifères comme à celui de l’homme.