Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


proie, que jusqu’à cette heure la royauté seule avait eu le privilège de dévorer. C’était d’abord L’Île-Adam, qui, arrivé le premier, avait pris la part du lion ; c’étaient le sire de Luxembourg, les frères Fosseuse, Crèvecœur, et Jean de Poix ; c’étaient derrière les seigneurs, les capitaines des garnisons de Picardie et de l’Île-de-France ; enfin, c’étaient à la suite des capitaines, les paysans des environs, qui, pour ne rien laisser après eux, pillaient le cuivre, tandis que leurs maîtres pillaient l’or.

Puis quand les vases des églises furent fondus ; quand les coffres de l’état furent vides, quand il ne resta plus une frange ni une fleur de lis d’or au manteau royal, on en jeta le velours nu aux épaules du vieux Charles ; on le fit asseoir sur son trône à demi brisé, on lui mit une plume à la main, quatre lettres patentes sur la table. L’Île-Adam et Chatelux furent maréchaux ; Charles de Lens, amiral ; Robert de Maillé, grand-pannetier, et quand il eut signé, le roi crut avoir régné.

Le peuple regardait tout cela par les fenêtres du Louvre. Bon, disait-il, après qu’ils ont pillé l’or, les voilà qui pillent les places, heureusement qu’il y a plus de signatures au bout de la main du roi, qu’il n’y avait d’écus dans ses coffres. – Prenez, prenez, messeigneurs. Mais Hannotin de Flandre va venir, et s’il n’est pas content de ce que vous lui aurez laissé, il pourra bien se faire une seule part avec toutes les vôtres.

Cependant Hannotin de Flandre (c’était le nom qu’en riant le duc de Bourgogne se donnait quelquefois lui-même) ne se pressait pas de venir ; il n’avait pas vu sans jalousie un de ses capitaines entrer dans une ville aux portes de laquelle il avait deux fois frappé avec son épée sans qu’elle les lui ouvrît : il reçut à Montbelliard le message qui lui annonça cette nouvelle inattendue, et aussitôt, au lieu de continuer sa route, il se retira à Dijon, l’une de ses capitales. La reine Isabeau était, de son côté, demeurée à Troyes, toute tremblante encore du succès de son entreprise ; le duc et elle ne se voyaient pas, ne s’écrivaient pas ; on eût dit deux complices d’un meurtre nocturne, qui hésitaient à se retrouver face à face à la lumière du soleil.

Pendant ce temps, Paris vivait d’une vie fiévreuse et convulsive.