Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui rendit la liberté, le combla de présens et d’honneurs, et le retint quelques jours auprès de lui.

Au moment où Raimond, charmé d’être libre, allait retourner dans ses foyers, une figure céleste lui apparut en songe, et lui dit : « Je suis sainte Foi que tu as assidûment invoquée dans ton naufrage. Parts, et sois tranquille, tu recouvreras ta seigneurie. » Réjoui de cette vision, sans néanmoins bien comprendre ce qu’elle signifiait, il prit congé du comte Sanche, et s’achemina vers les Pyrénées, en costume de pèlerin. Arrivé près du Bousquet, il fut informé que sa femme avait pris un autre mari, qui habitait avec elle dans son château. Troublé de cette nouvelle, et n’osant se découvrir, il résolut d’attendre ce que sainte Foi voudrait bien faire encore pour lui, et se tint caché dans la chaumière d’un de ses paysans qui ne le reconnut pas, changé comme il était par quinze ans d’absence et de fatigues, et déguisé en pèlerin.

Il avait déjà passé quelque temps dans cette chaumière, lorsqu’une femme, qui avait été autrefois sa concubine, le servant un jour qu’il prenait un bain, le reconnut à certaine marque qu’il avait sur le corps. « N’es-tu pas, s’écria-t-elle, n’es-tu pas ce Raimond, autrefois parti en pèlerinage pour Jérusalem, et que l’on disait avoir péri sur mer ? » Raimond voulut nier ; mais sûre du témoignage de ses yeux, la femme persista à le prendre pour ce qu’il était. Maîtresse d’un tel secret, elle ne put le garder, et courut au château annoncer à la dame du Bousquet que son premier mari n’était point mort, qu’il était de retour, et caché dans une chaumière voisine qu’elle lui indiqua.

La nouvelle fut des plus désagréables pour la dame, qui songea aussitôt à quelque manière de se débarrasser du revenant ; mais sainte Foi veillait à sa sûreté. Sur les avertissemens qu’elle lui donna en songe, il sortit de sa chaumière, et alla trouver au plus vite un seigneur du voisinage, nommé Escafred, homme puissant et généreux, qui avait toujours été son ami, et qui le fut en cette rencontre plus que jamais.

Il rassembla ses vassaux, ses parens, ses amis, à la tête desquels il fit la guerre à l’usurpateur du Bousquet. L’usurpateur fut vaincu, chassé, et Raimond recouvra son château.