Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/706

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne se plaignent jamais des restrictions de la loi. Toute la liberté dont l’Amérique jouit par-delà l’Angleterre, tourne au profit de ceux qui n’aiment pas l’ordre, et leur est accordée aux dépens de ceux qui l’aiment. »


Voici comment on reçoit dans une grande ville d’un pays démocratique, le chef suprême de l’état :


« La foule qui attendait sur le rivage était parfaitement tranquille. Lorsque le bateau qui portait le général Jackson toucha la rive, les gens qui étaient à bord poussèrent un faible huzza ; mais aucun signe de bien-venue n’y répondit de la terre. Ce froid silence ne provenait certainement pas d’un sentiment d’indifférence pour le nouveau président. A l’époque de l’élection, il avait été bien décidément le candidat populaire à Cincinnati, et, pendant plus leurs mois, nous avions été assourdis du cri de Jackson for ever, poussé dans les rues par l’immense majorité de la population ; mais l’enthousiasme n’est point la vertu, ou, si l’on aime mieux, le vice des Américains.

« Plusieurs voitures particulières attendaient sur le rivage, pour se mettre à la disposition du président ; mais elles s’en allèrent sur l’avis que son intention était de se rendre à pied à l’hôtel. Dès qu’on le sut, la foule silencieuse s’ouvrit avec beaucoup d’ordre, lui laissant un espace libre pour passer. Il s’avança, la tête nue, quoique la distance fût considérable et le temps très froid. A l’exception de quelques Anglais, il était le seul qui n’eût pas son chapeau sur la tête. Ses cheveux gris pendaient négligemment, mais non sans grâce ; et en dépit de sa rude et maigre figure, il avait la mine d’un gentilhomme et d’un soldat. Il venait de perdre sa femme, et son visage portait l’empreinte d’un profond chagrin. On me dit qu’ils s’aimaient tendrement, et ce ne fut pas sans une vive peine qu’au moment où il s’approcha du lieu où j’étais, j’entendis une voix s’écrier tout haut ; « Voilà Jackson ! Où donc est sa femme ? » Une autre voix très aiguë cria du milieu de la foule : « Adams for erer ». Ce furent les seuls sons qui interrompirent le profond silence qui régnait sur son passage.