Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/614

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dont les mœurs et les coutumes sont encore les mêmes qu’au temps de la grande migration, qui se gouvernent par leurs duces qu’ils nomment chefs de bandes et dont les lois sont écrites dans de vieux livres des commentaires fort dignes de prendre place parmi les lois des barbares, in legibus barbarorum !

En général, la population de Gœttingue se divise en étudians, en professeurs, en philistins [1] et en bétail: quatre classes qui ne sont pas rigoureusement classées. Celle du bétail est la plus nombreuse. Il serait trop long de dire ici les noms de tous les étudians et de tous les professeurs ordinaires et extraordinaires ; d’ailleurs parmi ces derniers, il en est beaucoup qui n’ont pas de nom du tout. Le nombre des philistins de Gœttingue doit être aussi grand que celui du sable, ou pour mieux dire, de la vase des mers. En vérité, lorsqu’on les voit plantés le matin à la porte du tribunal académique, on s’étonne qu’il ait plu à Dieu de créer de semblable canaille.

Il était encore de très bonne heure lorsque je quittai Gœttingue, et le savant *** était certainement encore étendu dans son lit, où il rêvait qu’il se promenait dans un beau jardin dont les parterres étaient émaillés de petits papiers couverts de citations, qu’il cueillait péniblement pour en faire des volumes à sa manière, renouvelée de celle du savant de Gil-Blas.

Devant la porte de Veend nous rencontrâmes deux petits écoliers indigènes dont l’un disait à l’autre : « Je ne veux plus aller avec Théodore, c’est un petit polissson qui n’a pas même su dire hier quel est le génitif de Mensa. » Ces mots sont bien insignifians, mais on pourrait les écrire sur la porte de la ville ; ils en peignent toutes les mœurs, car les enfans sifflent selon que chantent les vieillards, et les mots que j’ai dits sont l’expression exacte de l’orgueil scientifique sec et étroit de la haute, savante et universitaire Georgia Augusta [2].

  1. Les philistins sont une classe d’étudians qui se distingue par leurs prétentions et la rudesse de leurs manières.
  2. . Nom latin de Gœttingue.