Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/599

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encore le veuvage du berceau. Oh ! c’est ainsi que les vertus viennent briller au milieu de l’obscurité de notre douleur, et qu’elles répandent autour de ta tombe de délicieux parfums. Ombre chérie, trop précieuse pour la terre, — trop chère au ciel ! Le ciel ! il a repris ton âme, mais il a laissé parmi nous ses beautés !

« O douce et parfaite résignation qui n’as su que baiser la main qui brisait le corps et en arrachait la vie ! O tendresse filiale qui renfermais et contenais chaque soupir, chaque gémissement, de peur que l’œil maternel qui veillait et aimait n’en fût obscurci : demeurez ici gravées sur ce frêle monument, et plus profondément encore sculptées dans le cœur d’une mère ! Elle arrache au moins ce débris à l’inexorable destinée ! — C’est à elle de bâtir ! c’est à toi de consacrer ! »

JACQUES LEROND.