Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/541

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je vis une multitude de personnages en costume moresque, les uns à cheval, les autres à pied, arrivant avec précipitation de tous les points environnans, et se pressant pour pénétrer dans la caverne, comme des abeilles pour entrer dans une ruche. Avant que j’eusse pu lui adresser une question, le Maure enfonça ses longs étrier dans les flancs du cheval, et le lança dans la caverne, se mêlant à la foule. Nous suivîmes un chemin raide et sinueux, qui descendait jusque dans les entrailles de la montagne. Comme nous avancions, je vis briller une clarté qui s’accroissait insensiblement comme les premières lueurs du jour. Je ne pouvais distinguer comment elle était produite. Elle augmentait cependant à chaque instant, et me permit bientôt de voir tout ce qui m’entourait. Alors je remarquai sur notre pas- sage de grandes cavernes, s’ouvrant à droite et à gauche, comme les chambres d’un arsenal. Dans les unes, des boucliers, des casques, des cuirasses, des lances et des cimeterres étaient suspendus le long des murs ; dans les autres, on voyait de grands monceaux de munitions de guerre, et des équipages de campement rangés sur le sol.

C’eût été pour votre excellence, vieux soldat qu’elle est, un touchant spectacle de voir de si grandes provisions de guerre ; cependant on apercevait dans d’autres cavernes de longues files de cavaliers armés jusqu’aux dents, lances en mains et bannières déployées, tout prêts à se mettre en campagne. Ils se tenaient néanmoins tous immobiles sur leurs selles comme autant de statues.

Dans d’autres salles se trouvaient des guerriers dormant par terre à côté de leurs chevaux, et des fantassins groupés, et comme disposés à se mettre en rangs. Tous portaient les anciens costumes et les anciennes armes moresques.

Or, pour abréger et ne point trop impatienter votre excellence, nous pénétrâmes enfin dans une immense caverne, je pourrais dire un palais en forme de grotte, dont les murs semblaient sillonnés de veines d’or et d’argent, et où les diamans étincelaient de tous côtés près des saphirs et des pierres les plus précieuses: au fond de cette grotte était assis un roi maure sur