Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/535

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Eh bien ! ma foi, vous en aurez le loisir, dit le caporal, car nous avons l’idée de vous conduire à lui.

En même temps le trompette avait saisi la bride du cheval, et chacun des soldats s’était emparé de l’un des bras de l’étranger. Le caporal s’était placé sur le front de son corps d’armée.

— En avant — marche, cria-t-il.

Et ils s’acheminèrent tous vers l’Alhambra.

Il n’en fallait pas tant que la vue d’un soldat à pied, les habits en lambeaux, et celle d’un beau cheval arabe, ramenés, saisis par la patrouille, pour éveiller l’attention et la curiosité de tous les oisifs de la forteresse, et de ces groupes de commères qui s’assemblent généralement en Espagne, dès le point du jour, autour des sources et des fontaines. La roue de la citerne s’arrêta bientôt ; la servante en pantoufles resta la bouche béante, la cruche à la main, tandis que le caporal passait avec sa prise. Une queue singulièrement bigarrée se forma derrière l’escorte et la suivit.

Des signes de tête, des clins d’œil significatifs, puis d’ingénieuses conjectures furent échangés dans le groupe.

— C’est un déserteur, dit l’un.

— C’est un contrebandier, dit un autre.

— C’est un bandoulier, dit un troisième.

Mais bientôt il fut affirmé que c’était le capitaine d’une bande désespérée de voleurs, capturé, grâce à l’intrépidité du caporal et de sa patrouille.

— Bien, bien, se disaient l’une à l’autre les vieilles femmes, qu’il s’échappe, s’il peut, des griffes du gouverneur, tout manchot qu’est le vieil homme.

Le gouverneur Manco se trouvait, à ce moment, assis dans l’une des salles intérieures de l’Alhambra, prenant sa tasse de chocolat du matin en la compagnie de son confesseur, gros et gras moine franciscain du couvent voisin. Une jeune fille de Malaga, au maintien réservé, à l’œil noir, se tenait aussi là, veillant aux besoins du gouverneur. C’était la fille de son intendant. On laissait bien entendre de par le monde que la demoiselle, joyeuse et rusée commère, malgré toute sa réserve, avait su trouver le défaut de la cuirasse de fer qui couvrait le cœur du