Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/521

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LITTÉRATURE AMÉRICAINE.




WASHINGTON IRVING. — THE ALHAMBRA. [1]





Si nous laissons de côté Paulding qui compte à peine, miss Sedgwick qui ne peut compter, et quelques autres noms plus obscurs encore, révélés seulement aux lecteurs s assidus des Revues étrangères, nous trouvons que la littérature vivante de l’Amérique anglaise n’est vraiment représentée au-delà de l’Atlantique, que par deux écrivains, Cooper et Washington Irving. Ce sont du moins les seuls dont la réputation, traversant les mers et venue des Etats-Unis en Angleterre, la mère-patrie ; se soit de là répandue et solidement établie dans le reste de l’Europe. Ce qui constate bien chez nous leur vogue et leur succès, c’est la promptitude que met notre librairie à publier les réimpressions et les traductions de leurs livres, et l’empressement avec lequel elles sont recherchées par le public.

  1. The Alhambra, or the New Sketch Book, by W. Irving. A Londres et à Paris, chez Baudry, rue du Coq, et Galignani, rue Vivienne.