Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/489

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toute de leur façon. Ce devait être quelque chose de neuf et de décisif. Ces messieurs s’étaient piqués d’honneur. Ils y avaient mis de l’amour-propre. « Vous savez, disaient-ils, si nous entendons la guerre civile, regardez la Vendée ! Cela traîne Cependant en longueur ; nous sommes pressés, il faut en finir, voyez-vous. Nous avions compté sur l’Europe, mais l’Europe s’est laissée prendre au filet des protocoles ; ne comptons donc que sur nous ; faisons nos affaires nous-mêmes. » Là-dessus, le signal donné, l’on s’est mis à l’œuvre. La grande contre-révolution commençait à Marseille le 30 avril avec le jour. Un ci-devant colonel avait repris son uniforme, un ci-devant procureur du roi sa robe. Ces deux messieurs, en tête-à-tête, s’étant constitués d’abord gouvernement provisoire et en même temps assemblée primaire, avaient déjà proclamé Henri V à l’unanimité. Dejà, grâce au crépuscule, ils avaient arboré ce drapeau blanc, qui devait s’envoler du clocher de Saint-Laurent sur les tours de Notre-Dame. Tout allait bien jusque-la. Mais voici qu’un diable de lieutenant s’avise de résister au gouvernement provisoire qui voulait l’arrêter, et de l’arrêter lui-même. Aussitôt le rappel est battu. L’on jette le drapeau blanc dans la rue, puis le gouvernement provisoire et l’assemblée primaire en prison. À huit heures du matin tout était fini.

Ce n’était, il faut le dire, qu’un médiocre succès. On avait espéré mieux. Toute la Provence, tout le midi devaient se lever, et donnant la main à la Vendée, venir danser une immense ronde autour de Paris, en chantant vive Henri V. Madame la duchesse de Berry qui se plaît fort au bal, avait été priée comme bien l’on pense. Il faut au surplus lui rendre justice. À l’occasion le courage ne lui eût pas, je crois, manqué. Ce qui reste de sève et de vigueur dans la branche aînée est d’habitude absorbé par ses rameaux féminins. Notre aventureuse princesse suivait donc depuis plusieurs jours la côte de la Provence, dans un fort joli bateau à vapeur, tout élégant et tout clore, et certes elle eût volontiers pris terre, si se faire eût pu. Une autre duchesse, grande d’Espagne, se tenait sur le pont regardant vers la côte, avec une longue vue. — « Duchesse, lui criait tristement